9 posts categorized "Séance du 5 juin"

18/06/2009

Groupe n°7 : ANTOINE Sarah - CLEMONT Rachel - MOHORIC Nicolas - THILLEUL Stephanie

Compte rendus séance du 5/06/09 par Guillaume hangster

 

Première correction individuelle faite par sous secteurs            

Lors de cette séance nous avons présentés sur calque l’un après l’autre l’aménagement de notre sous secteur. Suite à la séance précédente nous avions dût surtout modifier des éléments sur la taille des rues et notamment la hauteur du bâtit. Désormais la typologie du bâtit et le découpage parcellaire semble être totalement déterminer.

 

Nous avons donc désormais de façon générale à tenir compte de:

-        l'importance de travailler en coupe

 

-        trouver les éléments fondateurs de nos sous secteurs afin de les faires ressortir par des croquis de concept comme lors du rendus de la première phase. Afin que nos idées paraissent claires.

 

-        L organisations et une logique qui diffère selon l’implantation de nos sous secteurs, les outils d’aménagement ne sont donc pas les mêmes.

 

-        faire attention au dimensionnement du bâtit notamment au niveau des logements collectifs.

 

-        Prévoir le stationnement d au moins une place de parking minimum par logements.

 

            Il y a eu  ensuite des remarques plus individuelles au cas par cas auquel nous allons tenir comte pour la semaine prochaine. En écoutant les quatre corrections nous avons donc pu faire le point sur certains éléments que d'autres avaient pensé, ou encore les solutions qu’ils ont entrepris pour les résoudre.

            Il est également très intéressant et pertinent de voir comment nous réagissons différemment face aux problèmes que nous pouvons rencontrer.

De plus nous avons pu noter que les logiques d'urbanisation varient selon les secteurs car les enjeux ne sont pas les mêmes.

            Il va également falloir être vigilent sur les jonctions de nos quartes sous secteurs.

En effet de la même façon que nous travaillons en tenant de l’environnement, nous devons avant tous travailler en harmonie et en cohésion avec les quartiers qui nous entourent.

 

 

 

13/06/2009

GROUPE 16 : COURTOT, SOURISSEAU, TISSERANT, VUONG

COMPTE RENDU DU 05 JUIN 2009

 

 

Secteur des casernes Seré de Rivières

 

D'un point de vue global, le plan d'aménagement est cohérent et équilibré par rapport aux espaces bâtis et non bâtis/espace vert et habitat

- modérer le nombre d'équipements publics, le quartier doit rester en relation avec l'ensemble de l'agglomération, il convient de créer des réseaux des pôles complémentaires.

- il faut désormais mesurer les espaces de voiries et tracer le parcellaire

- la percée vers la Moselle doit être plus large pour ouvrir la perspective sur le paysage

- les îlots doivent être davantage structurés par l'infrastructure

 

Secteur Saint Julien + Chambière

 

- retravailler la voirie, tout ne peut pas être piétons

- problématique du parking pour les logements

- en face du cinéma, élément majeur de la nouvelle centralité, créer deux places minéral et végétal qui se répondent autour de l'eau

 

Secteur boulevard de Trèves

 

- le carrefour actuel fonctionnerait davantage sous la forme d'une place avec circulation autour.

- le silo à voiture ne doit pas être Le bâtiment emblématique de l'entrée de ville + l'arrêt de Tram doit être au même endroit que le silo

- attention à ne pas être trop utopique dans les programmes proposés.

 

Bellecroix

 

- réaliser un plan des démolitions

- plans voies existantes + plan nouveau maillage

- secteur potentiel à réurbaniser = construction

- créer une tranche dans la barre sur toute la hauteur au moins 20 m de large pour le passage de BBellecroix au parc

- le supermarché doit être déplacé pour l'aligner à la rue, il aura tout à y gagner.

- le problème du re-cadrage des rues a été posé, car les largeurs de voies ne sont pas adaptées à leur statut, c'est pourquoi il faut

-utiliser des astuces comme les contre-allées pour réduire la place des voitures, et ainsi travailler sur la morphologie et les coupes.

12/06/2009

Groupe 4 : Didot, Journoud, Mougeolle, Scharff (5/06/09)

Correction du projet :

Pour l’ensemble des sous-secteurs, il faut poursuivre le dimensionnement des parcelles, des îlots, dessiner le bâti, mettre en place des rapports de hauteurs et enfin mettre en valeur les pleins et les vides. Ainsi, nous pourrons estimer approximativement combien de personnes  pourraient vivre dans ce quartier. Le quartier doit être pensé de jour comme de nuit, de semaine comme de week-end car il ne s’agit pas de créer des quartiers à vocation unique (que du logement, que des bureaux) où il n’y aurait personne en journée par exemple. Il faut insérer de la mixité fonctionnelle et sociale.

Secteur Chambière Nord :

-          En ce qui concerne le bâti, d’une part garder l’idée de faire profiter au maximum de personnes le paysage de l’eau en installant des collectifs le long de la Moselle et aussi le long des grands axes structurants en y insérant de l’activité en rez-de-chaussée. D’autre part, réfléchir sur les transitions entre logements collectifs en bord d’îlots et logements individuels en cœur d’îlots. Enfin, en introduisant des logements intermédiaires, réflechir sur l’espace extérieur (au moins 15m²) donné à chaque appartement. Penser aux stationnements.

-          les quais de la Moselle sont aménagés et permettent une promenade reliant le centre ville au parc de Chambière. Des infiltrations vertes paysagères traversent le quartier et participent à relier un réseau de parcs, ils servent à la fois de cheminements doux dans le quartier mais accueillent également des fossés pour recueillir les eaux pluviales au sein du quartier.

-          Il faut donner un programme au Parc de Chambière, y créer un vrai projet.

Secteur Chambière Sud :

-          problème au niveau des abords des usines, comment les intégrer au quartier ? Installer des immeubles de bureaux autour, qui par la suite lorsque l’usine sera intégrée ou bien plus là, pourrait devenir des logements.

-          création d’une profondeur verte, poursuivre les réseaux d’espaces verts comme à Chambière Nord.

-          Continuer l’aménagement des berges jusqu’à la passerelle créée pour rejoindre le complexe cinématographique. Création d’un belvédère à la confluence entre la Moselle et la Seille profitant du dénivelé pour créer un espace en gradins.

-          Amener de l’activité (commerces, tertiaires , artisans) au niveau du boulevard du Pontiffroy

-          L’Avenue de Bilda semble interrompue soudainement, il faut créer une transition du bâti vers le parc.

Boulevard de Trèves Nord :

-          Rendre important l’équipement public en l’occurrence une bibliothèque à la confluence de la Moselle et de la Seille. Penser à l’échelle de la ville car le tramway passe juste à côté.

-          Trop de passages crées sous la voie ferrée, à la fois trop proches et à la réalisation trop onéreux.

-          Mettre en scène la Moselle et le boulevard Paixhans en créant un espace public qui les relie. Créer une place qui profiterait du dénivelé.

-          Ne pas seulement mettre du commerces en RDC car il y en a trop à l’échelle du quartier et au vu de la proximité avec le centre ville de Metz. Introduire du tertiaire.

-          Ménager des accès piétons.

-          Rediviser quelques îlots trop grands

Boulevard de Trèves sud :

-          Bonne initiative de créer un espace qui marque la fin du Boulevard de Trèves et qui articule un nœud très important de circulation automobile et piétonne. C’est un grand espace laissé libre pour accueillir de manière temporaire des animations : cirques, fêtes, etc.

-          La taille des îlots est à redéfinir et les espaces publics sont trop peu dimensionnés.

-          Introduire une mixité des activités dans les locaux qui se trouvent entre la Porte des Allemands et la Seille. Il s’agit d’un bâtiment désaffecté qui pourrait accueillir des artisans, des bureaux et aussi un café.

11/06/2009

Groupe 3 : Perrin, Petiau, Plauche-Gillon, Thomas, Yin

Concept d'aménagement

Séance du vendredi 5 juin 2009

Sous -secteur de la route de Thionville

Le quartier situé le plus à l’ouest du secteur, porte la problématique majeure de l’entrée de quartier depuis le quartier des deux fontaines et celle de la continuité d’aménagement pour la requalification de l’autoroute A 31. Il s’articule entre l’infrastructure de la voie de chemin de fer talutée, le bord de canal paysagé et l’ancien tracé d’une voie de faubourg, la route de Woippy.

La volonté d’aménagement de ce quartier  est  de rouvrir le quartier  vers le fleuve par le traitement de profondeurs de quartiers, du fleuve jusqu’à l’infrastructure ferroviaire et au-delà.  Dans ce sens, la requalification de l’espace public complète une hiérarchie limitée de la trame viaire, en ré-ouvrant ou en marquant notamment de nouvelles profondeurs perpendiculaires aux premières.

Pour ce faire, la démarche doit axer particulièrement sur la détermination des formes urbaines qui doivent respecter l’échelle du quartier et refléter les typologies urbaines de faubourg (après analyse de l’existant : compléter et enrichir les morphologies urbaines intéressantes existantes, notamment sur la rue Anne Marie Steckler / dessiner une morphologie nouvelle qui assume le statut du boulevard urbain et l’ouverture sur la Moselle).

Le projet doit également régler :

_  la question du parking dans un secteur marqué par le garage individuel.

_ la jonction primordiale des ponts et des bretelles avec le boulevard urbain

_la cohérence de la trame paysagère en cœur d’îlot .

 

Sous-secteur du port Mazerolle

Le quartier s’articule entre la voie ferrée, réaménagée en ligne de tram-train et en axe paysager, la Route de Woippy, axe historique, et le doublon Moselle-Boulevard urbain (qui remplace l’A31).

L’enjeu principal de l’aménagement  serait de ré ouvrir l’ensemble du quartier vers la Moselle et la ville et de faire de ce secteur un lieu plus urbain en profitant du potentiel foncier important pour créer un tissu mixte et dense.

La démarche consiste

D’abord à réaliser un dessin de l’ensemble de l’espace public qui soit cohérent, et sur lequel on puisse s’appuyer pour urbaniser.

Puis à partir de références formelles, projeter les différentes typologies de bâtis, telles que leurs échelles correspondent à l’échelle du secteur.

Enfin de vérifier les propositions d’aménagements, en faisant des visuelles in-situ (croquis, insertions photographiques etc.)

 

Sous-secteur de Jardins familiaux

Le quartier est une tranche pincée par la  voie ferrée et  Route de Lorry, où sont situés les jardins familiaux et l’ancien espace militaire.

La première étape de l’enjeu sera l’aménagement des voiries en hiérarchisant, c’est à dire garder la primauté des axes historiques et structurants (Route de Lorry, Rue de la Folie et Route de Woippy), différencier et  développer  les voies secondaires par l’intégration du réseau cyclable et du réseau de piéton.

L’étape suivante est l’identification de ce secteur résidentiel par l’aménagement paysager :

- renforcer le réseau viaire dans le cœur du sous-secteur, reliant les jardins et le nouveau parc (ancien terrain militaire) de la récupération d’eaux pluviales.

- densifier la périphérie de la voie ferrée transformée en tram-train.

Pour détailler l’aménagement, il faut travailler sur plusieurs petites coupes (l’îlot du logement + la voie planté + le parc) qui peuvent montrer la possibilité de qualification des voies .

 

Sous-secteur des casernes Desvallières

Le quartier est limité par Route de Lorry et Route de Plappeville, tout en étant en relation avec le parc de récupération d’eaux pluviales (transformé par le terrain du boisement au bord de Moselle).

Les principaux enjeux sont :

- le cheminement paysager que constitue la rue de la Ronde, reliant le boulevard urbain (avec le tram) aux casernes réhabilitées, en aménageant par ailleurs des « pauses » dans le parcours par des squares et jardins publics ou privés ;

- un quartier dense et mixte au sud le long du tram train en lieu et place des grandes barres (tout en maintenant un parc de logement constant) ;

- la réhabilitation des casernes, enfin, accueillent une galerie marchande et des équipements publics, des logements et devient un lieu offert : une  place publique, qui représente une nouvelle centralité pour le quartier.

Les questions à régler :

1, Une manière à trouver pour dynamiser les équipements scolaires et activités commerciales aménagés : comment attirer le flux des gens qui passent par le boulevard jusqu’aux casernes, en profondeur dans le quartier.

2, Il s’agira maintenant de se poser la question du public / privé : la question de la limite entre l’espace public et l’espace privé dédié aux logements et la question de l’accès, notamment dans les casernes qui accueillent à la fois du privé et du public

3, Vérifier l’échelle et la quantité de voiries pour correspondre à la densité du quartier.

 

Sous-secteur de services

Le quartier est situé au long de la voie ferrée (ligne de train à garder) et la Route de Thionville, où il y a une mixité de logements sociaux, logements collectifs , commerces et services.

L’enjeu principal est la densification du quartier par :

  1, l’aménagement de voies pour l’identité commerciale de la route Thionville et l’accessibilité aux îlots arrières ; les voies distinguables des services et du logement.

 2, Etablir un nouveau quartier résidentiel dans l’ancien espace militaire, où il y a une réflexion sur la réhabilitation des bâtiments existants et la trame paysagère de récupération d’eaux pluviales.

 3, Aménager les transports communs : TSCP et tram train pour adapter la densification.

4, Une création des espaces de sport, d’art et de commerce, et les ressources peuvent être partagés par les secteurs de logements à côté avec un réseau pratique de voiries.

Les questions à réfléchir :

L’installation de l’arrêt de tram – train qui demande une analyse de niveau de terrain et voie ferrée ; Une solution pour le stationnement est à trouver, spécialement pour les commerces à créer ; Spécifier la route de Thionville avec le trottoir et la voie cyclable.

 

10/06/2009

Groupe n°5: Blareau/Colinet/Hiller/Perdereau

Compte-rendu de la séance de correction du Vendredi 5 Juin :

De manière générale, si les principes directeurs et l’organisation générale du secteur fonctionnent bien, il faut étudier la taille et la hiérarchie des places de notre projet. Elles sont nombreuses et semblent parfois surdimensionnées, de plus elles sont dans certains cas délicates à gérer quand elles ne sont pas entourées de bâtiments. Il serait intéressant de calculer rapidement le nombre d’habitants potentiels de nos nouvelles constructions ainsi que le nombre de personnes qui viendront travailler afin de pouvoir évaluer et dimensionner les équipements et services qui leur seront destinés (par exemple : rajout d’une crèche, dimensionnement du collège). De plus, il est nécessaire de penser à l’occupation du quartier et à sa vie au fil  de ma journée et de la semaine : éviter de se retrouver avec un quartier animé seulement le weekend sur l’île et mort la journée en semaine par une bonne répartition des activités.

 

SECTEURS

Sous secteur 1

> Trouver des références concernant le parc (ex: Lyon confluence)

> Créer des passages qui lient le parc de l'île de Chambières au reste de la ville, tout en analysant les espaces de vie aux alentours

> Redimensionner le parvis qui créé un lien entre le parc et le bâtiment signal.

> Redimensionner également certains ilots et établir des zones d'habitations et de bureaux

> Réfléchir sur les fonctions du parc: Qu'y trouve t'on? Comment le rendre attractif ?

Sous secteur 2

> Quantifier le nombre de logements afin de régler les circulations (nombre de voies et accès aux logements) et d'éviter certains problèmes de stationnement

> Préciser les usages de l'espace public où se situe le silo à voiture et les dimensionnements: faire ttention à ne pas transformer les espaces publics en espaces vides.

> Vérifier le dimensionnement des îlots.

Sous secteur 3 

> Trouver des références de mise en valeur de l’usine (par une mise en lumière par exemple)

> La place du boulevard de Trêves : lui trouver une meilleure taille et préciser son intérêt, ses usages.

> Préciser les types de bâtiments et de découpage dans les différents îlots du sous secteur.

Sous-secteur 4

> Plutôt bon dimensionnement des îlots, mais trouver une fonction aux cœurs d'îlots ou les réduire afin qu'ils ne deviennent pas de grandes cours sans usages. 

> Faire attention à ne pas mettre trop de commerces, ça ne fonctionnerait pas, on n'est qu'à Metz. 

> Dimensionner plus précisément l'équipement qui remplacera Renault.

> Préciser le découpage et le parcellaire pour se faire une idée du nombre de logements et de l'impact qu'aura ce nouveau quartier.

09/06/2009

GP 20: Ancel P, Knobloch S. Kretzer C., Schwarb E.

Compte rendu du 05 juin 2009

Tout d’abord, l’intégration du TCSP au sein de nos boulevards urbains a été validée. Il s’implantera sur les tracés majeurs : à savoir la rue Franiatte et la rue de Blory. Pour le reste du boulevard urbain, il sera desservi par un réseau de transport bus classique.

 

Au niveau des sous-secteurs, voici les principaux commentaires :

Ateliers SNCF :

            Le maillage est trop dense par rapport au nombre de bâtiments à desservir. Il faut garder la même hiérarchie par rapport à la ville. Pour améliorer la continuité entre ancien quartier et nouveau  quartier, il convient de finir les îlots commencés. Le seul bémol réside dans la topographie. Faire de la « coulée verte » existante un point fort du projet, la rendre piétonne et relier les parcs. Le marché couvert est mal placé car le quartier se trouve enclavé. Le bâtiment de mémoire est conservé mais changera de destination (ateliers d’artistes et autres). Réduire un maximum l’impact de la voiture. Connexions jardins sur jardins et pas jardins sur rue. Mettre à proximité de l’esplanade (cœur de quartier) les équipements publics majeurs.

 

Casernes NORD :

            Il convient de ne pas quadriller de façon systématique le terrain des casernes, et ne pas « remplir les cases ». Essayer de créer des ambiances particulières à chaque situation. Travailler sur le dimensionnement et la hierarchie, de façon plus précise. (voies, places, bâtiments…). Faire des coupes pour se rendre compte de la proportion du bâti par rapport à la largeur des voies.

 

 

 

Casernes SUD :

            Justifier le déplacement du Super U. Travailler l’axe naturel depuis la place de l’église jusqu’au rond point. Remettre la deuxième petite place plus près du carrefour. Diversifier l’activité sur ces places.  En cœur d’îlot mettre plutôt des squares.

 

Franges :

            Pousser la question de la bande d’aménagement, zone intermédiaire entre ville et campagne. Les cœurs d’îlots ne sont pas tous accessibles. Hiérarchiser, varier les différentes typologies de bâti et de voirie. Profiter du lycée pour y mettre quelques commerces. Veiller à garantir la mixité sociale. Silo mal placé. A la place, mettre un élément d’articulation qui ferait transition avec le quartier.

 


Pour nos quatre secteurs, il faut que l’on travaille bien plus le dimensionnement et les proportions des voiries et hauteurs.


GROUPE 1 : BALDI, CHERIEF, COLNAT, CREUSOT, DENG

Compte-rendu séance 5 juin 2009 :

Les projets de sous secteurs ont pas mal évolués et des intentions nouvelles sont apparues. D’une manière générale, notre professeur  a noté de bonnes idées qui demandent surtout à être encore davantage précisées.

Morgane proposait un processus de mutation de l’existant, entre ban Saint-Martin et l’île du Saulcy, posant la question de la requalification du secteur de l’université. Le statut des passages au-dessus de la Moselle a été questionné. Sans doute que la conservation d’un déjà-là, aussi laid et aussi futile soit-il, est importante : les choses auxquelles les riverains sont habituées structurent et rendent pertinentes les interventions sur l’urbanité qui gagne en richesse. Par ailleurs, l’existence de multiples espaces verts dans le projet de Morgane pose la question de leur entretien. Il convient en effet de distinguer ce qui est public ou privé – car, évidemment, le budget n’est pas le même. Enfin le projet de Morgane mérite quelques précisions.

Chunrong a proposé une requalification des bords de Moselle basée sur une densification, néanmoins modéré, des rives. Notre correctrice à trouvé intéressant le modèle d’îlot proposé qui combine individuel et collectif. En revanche son orientation par rapport au boulevard et à la rivière est sans doute à revoir notamment pour des questions d’échelle. Il ne s’agit pas de décréter R+6 de manière générale : une telle hauteur n’est pertinente que sur le boulevard. Par ailleurs la correctrice est convaincue par la volonté de conserver une identité industrielle aux rives. Mais il faut également statuer sur l’avenir du Silo (pépinière d’entreprise ?). Le dégagement de l’île fort Moselle en détruisant les garages et en reconstruisant un parking est tout à fait pertinent.

Le parc de la Patrotte qu’Andréa à choisit de prolonger paraissait trop dilaté, le secteur étant déjà parsemé de ce type d’espace. Bien que le tracé de tram train soit pertinent ici dans la mesure où il permet de redynamiser cette zone, il s’agit maintenant de bien déterminer les tracés des voies puis de travailler un îlot type : la variation et la richesse découlera des interstices.

Mehdi à proposé un nouveau quartier visant à désenclaver le quartier social de Woippy, relier la route de Thionville et l’avenue des Deux Fontaines, en conservant le caractère paysager et intime du secteur. La mixité sociale est une question difficile et la correctrice a apprécié le fait de ceinturer les maisons individuelles en R+1 de logements collectifs et sociaux afin d’établir une sorte de progression dans le type d’habitat. Il faut d’ailleurs réfléchir davantage sur les interstices que cela occasionne. En revanche, le quartier n’est pas assez développé vers le nord et le parc transversal agit surtout comme un no man’s land. Il faut réintroduire une zone de densité qui fera l’articulation.

Le quartier que projette Pierre se fonde sur des tracés existants. Du fait de la lourdeur de l’héritage bâti dans cette zone, la structure des voies est extrêmement radicale et sévère. L’orthogonalité des voies en appelle à une définition du bâti très différente des autres secteurs. Il ne s’agit pas de déterminer un îlot type, mais au contraire de jouer sur une déclinaison basée sur une parcelle répétitive et fixe. Il faudra également davantage déterminer les gabarits de voies, les hiérarchiser en prévoyant tout de même quelques parkings aériens. Il serait peut-être aussi intéressant de pouvoir se garer le long de l’avenue des Deux Fontaines.

07/06/2009

Groupe 13 - Bakhsiss, Ferotin, Lauber, Le Guevel

Pendant la correction de cette séance, nous avons pu établir avec le professeur que nous avions besoin de donner des mesures précises aux dessins, qu'ils soient pour les bâtiments ou les rues. La mesure permettra de résoudre certain problème d'eux-mêmes.  L'aménagement général ne semble pas poser de problème et avoir une bonne logique, par rapport à l'existant et à la typologie proposée. Le professeur a mis l'accent sur la nécessité de trouver de bonnes références, non seulement pour l'aménagement des espaces publics urbains mais aussi pour le bâti. Trouver trois ou quatre typologies de bâti différentes nous  a été recommandé.
Par ailleurs, quant à la forme de la représentation, il est apparu qu'il est très important de montrer clairement l'existant puis la transformation  de façon très didactique, pour les espaces publics mais aussi pour les bâtiments.

05/06/2009

Groupe 15 : HUTTOIS, MARGON, SENARAT, THIERY

Madame, Monsieur,


Suite à notre entretient du vendredi 5 juin nous avons conclue :

Secteur des friches :
 Il faut créer plus de percer dans l'îlot, peut être piétonne, ainsi qu'apporter plus de diversité de typologie de bâti. Il semble judicieux de traiter la fin de l'îlot le plus à l'ouest en le fermant avec des ateliers ou bureau. La passerelle liant montigny au sablon peut être soit piétonne soit partagée.
Il faut continuer à travailler en 3D.

Secteur des ateliers SNCF :
La desserte des bâtiments fonctionne bien, il faut plus travailler les parcs en poche afin de créer diverses séquences.
La passerelle est difficile à réaliser, étant l'ensemble du projet il serait plus cohérent de faire passer l'axe "vert" par le réseau de parc des casernes puis les quais.
La reconversion des hangars est judicieuse il faut l'approfondir avec un bon travail de croquis et de schéma. il faut photoshoper !
Au coeur du quartier, un habitat intermédiaire serait plus approprié à de l'habitat collectif.

Secteur sud des casernes :
La place du marché devant l'église avec la rue piétonne est à conservé.
Il ne faut pas hésiter à mettre l'école proche d'un parc et non pas le long des grands axes.
Il faut mieux requalifier les voies de desserte des bâtiments selon la hauteur des ces derniers. éviter les impasses.
Il faut plus structurer l'ensemble afin d'éviter l'effet de patchwork de typologie d'îlot. Peut être qu'au sein même de l'îlot, on peut trouver des typologies de bâtis différentes selon l'espace public sur lequel il donne.

Secteur Nord des casernes :
Il y a trop de voirie, il vaut mieux valoriser le coeur d'îlot plutôt que les nombreuses voies de dessertes.