4 posts categorized "Séance du 29 mai"

18/06/2009

Groupe n°7 : ANTOINE Sarah - CLEMONT Rachel - MOHORIC Nicolas - THILLEUL Stephanie

Voyage à Paris.

 

L’histoire de Paris fait qu’elle est riche en patrimoine et en diversité. Et c’est cela qui la rend très intéressante à voir, parcourir et étudier.

Sur ce laps de temps très court, on a pu voir et découvrir un grand nombre de choses intéressantes.

Intéressantes parce que leurs contextes étaient divers et variés. Le fait de côtoyer en même temps des bâtiments, des typologies urbaines, des espaces publics de différentes époques et de différentes pensées en révèle vraiment l’essentiel.

Au niveau des nouvelles constructions, le quartier de la grande bibliothèque était vraiment intéressant et pertinent par rapport au projet en cours, et surtout après le workshop… Le fait de retrouver des typologies urbaines si proches les unes des autres permet de les comparer. Dans ce quartier on retrouve des ilots ouverts ainsi que des ilots fermés tout-deux contemporains, avec une diversité d’aménagements en cœurs d’ilots.

De même les différences architecturales sont notables et appréciées, le problème étant peut-être le manque de différence d’architecture au sein d’un même ilot, ce qui donne un espace moins vivant, et peut-être plus aseptisé…

Le quartier de l’école d’architecture quand à lui est encore différent… Un ilot est égal à un bâtiment. L’ensemble parait donc être à une échelle plus petite, avec un architecte par bâtiment, ce qui apporte de la diversité et de l’originalité, pas toujours appréciées par les habitants du quartier… L’école nous montrant elle-même une réhabilitation d’usine plutôt convaincante… !!!

Toujours dans la même zone, le parc de Bercy est un bel exemple de parc vivant, offrant un maximum d’espaces variés et appropriables pour diverses activités. Il est bordé coté nord par des immeubles de logement avec activités et commerces en rez-de-chaussée, l’ensemble étant plutôt réussi et agréable à parcourir ! Très bon exemple d’immeubles en front de parc, ou d’espaces agricoles…

Le canal Saint-Martin est quant à lui très appréciable pour les promenades qu’il offre et qui le mettent en valeur. Avec des aménagements, très simples et pourtant très efficaces,  à l’échelle de Paris. Bien que les berges en partant vers le nord, vers le parc de la villette ne soient pas vraiment aménagées…

 

Les expositions étaient très intéressantes par rapport à ce qui va être construit ainsi que les différents regards des architectes sur les enjeux de la ville de Paris. Pour l’exposition de la cité de l’architecture, les approches étaient très différentes les unes des autres. Elles traduisaient une grande diversité de points de vue, de réflexions, et de moyens de représentations. Malheureusement on peut remarquer que cette exposition est destinée uniquement à des « professionnels », elle ne doit pas vraiment être parlante pour le grand public étant donné la complexité de son contenu, et parfois de la forme…

Il est bien entendu dommage que seulement des équipes célèbres aient été sélectionnées.

09/06/2009

GP 20: Ancel P, Knobloch S, Kretzer C., Schwarb E.

Voyage à Paris:

 

Afin d’être efficace et de profiter dans de meilleures conditions des différents sites, nous avons décidé de diviser notre groupe. Deux d’entre nous ce sont intéressées aux secteurs nord et est de Paris, l’autre partie a visité tout le secteur sud-est.

 

Secteur Sud-Est

o       Quartier Seine Rive Gauche :

Nous avons relevé tout particulièrement les dimensions des voiries ainsi que la façon de les hiérarchiser : entre les passages en cœur d’ilôt, les voies de desserte piétonne, les petites rues et les grands axes… Nous avons également fait attention au traitement des espaces publics/privés, au soin apporté pour les abords de ces lieux… Nous avons croisé certains événements architecturaux comme la passerelle Simone de Beauvoir, le jardin zen en plein cœur du quartier…

 

o       Bercy :

Notre attention s’est centrée sur le parc paysager dont nous avons trouvé des similitudes avec le projet des ateliers sncf : il y avait tout un travail de pavage, de mémoire par la présence d’anciens rails (passé industriel), et de mise en scène/respect de la nature existante. Des petits jardins potagers éducatifs existent dans ce parc et sont entretenus par les enfants du quartier.

La reconversion des anciens entrepôts en commerces et restaurants a fait de cet endroit un lieu très agréable, réinterprétant le thème des passages couverts du XIX°ème.

 

o        Porte d’Ivry et Porte d’Italie

Nous avons relié ces deux portes en prenant le tram, aménagé en partie sur l’herbe. Trajet court mais très agréable. Ces portes nous ont tout de suite parues hors d’échelle par rapport à notre projet. Paris doit faire face à des flux bien plus importants que Montigny. Et cela ne produirait pas le même effet si on tentait d’en réduire l’échelle : ce modèle ne nous paraît pas transposable.

 

o       Château des Rentiers :

Dans cette zone se côtoient de grands immeubles sociaux et de petites rues aux allures de vieux faubourg. Ces rues si charmantes ne sont pas indiquées, on les trouve par hasard au détour de notre chemin… Le côté exigu des rues peut renforcer l’idée de l’existence passée d’un faubourg. De plus certains quartiers d’apparence bourgeoise, aux façades très soignées, fleurissent ça et là.

 

o       Viaduc des Arts :

Nous avons la reconversion du viaduc avec toutes ces boutiques d’art et d’artisanat. L’intégration est douce et soignée. Cela apporte de l’attractivité aux commerces existants. La promenade au dessus est très agréable et permet d’apprécier la rue sous une autre perspective.

 

 

o       Faubourg Saint Antoine :

Nous sommes entrées dans plusieurs cours en cœur d’îlot et avons apprécié leur diversité. Tout leur charme réside dans leur style ancien et leur étroitesse, mais cela serait difficilement applicable aux nouveaux îlots.

o       Place de la Nation :

Idem que pour les places d’Ivry et d’Italie, bel espace mais encore une fois hors d’échelle. La végétation « éponge » un peu le côté fortement minéralisé. Pour les piétons, l’espace est risqué ; la place n’est pas à taille humaine.

 

 

Secteurs Nord et Est :

 

o       Bassin de la Villette :

 

-Place Stalingrad: gestion du dénivelé pour encadrer la place, aménagement et mise en scène du canal.

-Le long du canal : insertion d’immeubles d’architecture contemporaine dans un tissu ancien.

-Ilots entre le boulevard de la Villette et la rue d’Aubervilliers : aménagement des cœurs d’îlots avec hiérarchisation des voiries (rues de dessertes)

-Avenue de Flandre : morphologie et dimension de la rue qui s’adaptent à la diversité des modes de transports qui la parcourent. Utilisation du terre-plein central pour les modes de transports doux (vélo et piéton)

-Le 104 : réhabilitations d’anciens bâtiments industriels pour y intégrer un programme culturel.

-Jardin d’Eole : aménagement d’un jardin urbain (terrains de sport, buvette) le long des voies ferrés avec mise en scène de ces dernières.

 

 

o       Haut de Malherbes :

 

Mise en place du principe de l’îlot ouvert qui organise les immeubles autour d’un parc accessible (le jour) depuis la rue et offrant ainsi une qualité de vie certaine pour les habitants qui habitent dans un parc, mais peu de mixité et de vie dans les rues.

 

o       Quartier République :

 

-Place de la République : aménagement d’un espace public au centre d’un rond-point au croisement de plusieurs axes importants. mais ce projet n’est pas à la même échelle que Montigny.

-Canal St Martin : mise en scène du canal et des écluses par la mise en place de passerelles hautes. une grande diversité des aménagements de la partie couverte, dédiée au piéton qui peut se transformé pour accueillir des événements éphémères comme un marché.

 

o       Faubourg St Antoine :

 

- Reconversion intéressante des cours d’un ancien faubourg industriel (principalement en logements, showrooms et bureaux pour professions libérales )

- Pose la question d’une possible activité industrielle (petite industrie) ou artisanale en milieu urbain aujourd’hui (source d’emplois et de mixité fonctionnelle et sociale)

 

 

 

o       Place des Nations :

 

- Qualité de cette place à différents niveaux :

+ important nœud de trafic pour différents modes de transports : voitures, métro, bus, vélos

+ hiérarchie entre les niveaux de trafic : du trafic de niveau élevé sur l’anneau intérieur aux voies de dessertes des immeubles et commerces sur l’extérieur (de l’autre côté des terre-plein)

+ articulation (lien) entre des quartiers et des rues de gabarits différents

+ qualité de l’espace publique offert aux piétons : traitement des espaces verts sur la place centrale et sur les terre-plein, confort et appropriation de ces espaces

- Espace hors d’échelle par rapport au quartier à aménager à Montigny

 

o       Cours de Vincennes

 

Partage équilibré de l’espace public pour les différents modes de transport sur un axe au trafic très important.

 

o       Porte de Vincennes :

 

-          Qualités spatiales de cet espace d’articulation et d’entrée de ville

-          Partage et aménagement progressif de l’espace public pour les différents modes de transport.

 

o       Quartier de la Réunion :

 

-          Quartier dont la structure est héritée du XIXe : hiérarchie des rues et du bâti entre les axes principaux (plantés) et les petits passages.

-          Variété architecturale de ce quartier dans lequel s’insèrent des bâtiments contemporains très contextuels.

-          Aménagement de qualité de la Place de la Réunion : espace central généreux et donné aux piétons

 

  • Quartier de la Mouzaïa :

 

-          Présence intéressante d’un quartier de maisons individuelles (denses) dans Paris intra-muros.

-          Hiérarchie et diversité des rues entre les grands axes (plantés), les axes secondaires et les petites villas piétonnes, en pente, très intimes, sur lesquelles débordent la végétation des particuliers.

-          Petitesse de ces maisons et de ces parcelles, grande densité pour un quartier de maisons individuelles

-          Diversité stylistique et architecturale, appropriation évidente des espaces

 


04/06/2009

GROUPE 3 : PERRIN, PETIAU, PLAUCHE GILLON, THOMAS, YIN

Visite à Paris (28-29 mai 2009)

Ces deux jours de visite à Paris nous ont permis de décourvrir des quartiers que nous ne connaissions pas, et qui sont tout à fait intéressants du point de vue de leur composition. Nous avons comparé certains de ces quartiers au secteur que nous étudions à Metz, et plus précisément aux îlots que nous travaillons.

Les jardins d'Eole, rue d'Aubervilliers, paysagiste Michel Corajoud

Nous envisageons de créer une "coulée verte" le long de l'ancienne voie de fret reconvertie en train-tram. Cette trame paysagère s'épaissira ponctuellement pour créer un parc. Nous avons apprécié les jardins d'Eole aménagés par Michel Corajoud, où l'on trouve à la fois des espaces plantés et engazonnés et des espaces minéraux qui offrent des grandins, des tables. Ce parc offre des espaces de jeu pour les enfants, des "chambres" pour jouer au basket, des bancs, des sièges, des tables, des fontaines... Il est à la fois lieu de détente, de jeu et de sensibilisation artistique puisqu'on y trouve également des installations éphémères.

Boulevard R. Lenoir

Ce boulevard planté comporte un large terre plain central qui offre des bancs, des espaces engazonnés agréables à l'ombre des arbres. De part et d'autre de ce terre plain se trouvent des voies cyclables, des places de stationnement et deux voies de circulation de chaque côté. Le boulevard R. Lenoir peut nous inspirer pour l'aménagement du boulevard urbain que nous souhaitons créer à l'emplacement de l'actuelle autoroute.

Ilots Paris Rive Gauche, proche Bibliothèque F. Miterrand

Ces îlots nous ont intéressés pour leur composition : au sein des immeubles, ils présentent une grande variété d'espaces extérieurs offerts à chaque appartement (balcon, galerie, petit jardin au rez-de-chaussée), des voies secondaires piétonnes innervent le coeur d'îlot depuis la rue principale pour desservir les immeubles et menant à un square en coeur d'îlot. Nous gardons cet exemple à l'esprit pour la densification des îlots de part et d'autre du boulevard urbain.

Villas du quartier Mouzaia

Le quartier Mouzaia nous a beaucoup plu, grâce aux villas étroites bordées de maisonnettes de ville avec petit jardin. La caractère public de ces petites voies piétonnes perpendiculaires aux rues principales passantes sont d'une grande qualité. Nous pouvons nous en inspirer pour créer des venelles piétonnes en coeur d'îlot à Metz, même si le contexte topographique et typologique n'est pas exactement le même (plutôt petit logement collectif que maisons de ville déjà très présentes dans le secteur).

ZAC de la Villette (pont de Flandres)

La réhabilitation de ce quartier industriel - malgré son enclavement entre les voies ferrées et son caractère replié sur lui-même – nous a intéressé de part l'aménagement des espaces publics offerts : petit parc, bassins, alignements d'arbres, terrasses... Cette ZAC peut être comparée au quartier des casernes Desvallières à Metz où les bâtiments peuvent être réhabilités en logement et galerie marchande au rez-de-chaussée, et dont la place centrale peut accueillir des espaces public de qualité.

Toit du gymnase, rue des Haies

Nous avons découvert un jardin sur le toit d'un gymnase, rue des Haies. Ce lieu offre de superbes vues sur la ville, des bancs et des carrés plantés de fleurs des champs. A Metz, nous projetons de créer un immeuble mixte (silo+bureaux+commerce+...) dont le toit pourrait accueillir un espce public ou une terrasse de restaurant en belvédère sur la ville.

Logements HBM proches de la porte d'Italie

Ces logements nous ont marqué pour la complexité de leur composition, la qualité de l'espace public en pied d'immeuble malgré son caractère "étriqué" et le peu d'appropriation possible par les habitants, et également par la qualité de la construction et des matériaux choisis.

Bassin de la Villette

Ce bassin de 70m de large est bordé par des quais plantés et une rue associant piste cyclable, circulation piétonne et automobile et stationnement d'une quinzaine de mètres. Il est ponctué de bâtments à forte identité comme un café, un cinéma... Une référence pour l'aménagement des bords de Moselle près du port de plaisance.

03/06/2009

Groupe 4 : Didot, Journoud, Mougeolle, Scharff (29.05.09)

Compte rendu pour le Workshop :

Cet exercice fût un travail intéressant pour expérimenter la notion de densité. Cette notion était jusque là assez abstraite. Le simple fait de se confronter à la dimension d’une parcelle an appliquant les règlements d’urbanisme (PLU), nous a permis de mieux appréhender ce qu’est réellement la densité. Cet exercice a mis en avant la possibilité de mélanger les fonctions au sein d’un même bâtiment. Enfin, la maquette rassemblant le travail de chacun est riche en diversité, en idées et en réflexions.

Compte rendu pour la séance de correction avec Mr Guez, le 22/05

Débat collectif :

Le secteur de Chambière est un site complexe car il est très composite. Nous essayons de lier ces différentes parties les unes aux autres. La définition du périmètre de réflexion est à ré envisager. Le fait d’avoir pu écouter les projets des autres groupes permet certaines remises en question. La confrontation des projets a fait ressurgir des questions :

-          Usines et entreprises sur l’île de Chambière (Haganis, UEM et le centre d’incinération). Essayer de minimiser leurs impacts et les intégrer au quartier. Il s’agit d’envisager un projet sur le long terme.

-          Le traitement du projet au niveau des logements du Pontiffroy. Il s’agit d’un quartier bâti sur dalle. Lui redonner de la qualité en RDC et le lier au quartier réaménagé sur les casernes militaires

-          Le déclassement de l’Hôpital militaire au Sud du secteur.

-          Agrandir la zone de projet en intégrant ces terrains militaires dans la logique de notre travail.

-          Intervention au niveau de Bellecroix. Destruction partielle des barres à proximité du boulevard de Trèves afin de minimiser l’impact sur le paysage et amener de la densité.

-          La zone inondable au niveau de l’île de Chambière.

-          Identification et la différence entre Boulevard de Trèves et Ring historique. Connexion de ces deux voies ?

Corrigé du projet :

Sous secteur du Nord de l’île de Chambière :

-          Problème du rabaissement de la voie au contact de la zone inondable. Proposition de création d’une maquette pour nous aider à mieux visualiser la complexité des différences de niveaux.

-          Les logements sont situés trop proches de la voie ferrée. C’est une voie qui a un impact non négligeable sur son environnement. Chercher des exemples de ce qui fonctionne à coté d’une voie ferrée.

-          Les activités en RDC sont trop présentes et sont à ré envisager, notamment au niveau des bords de Moselle au Nord.

-          Il se pose la question de la taille des ilots. L’expérimentation du Workshop permet de donner une idée des dimensions aux ilots.

-          Bonne initiative d’utiliser les arbres existants pour créer des parcs au sein du quartier.

-          Approfondir le travail sur les abords du Pontiffroy.

Sous secteur du Sud de l’île de Chambière :

-          Il se pose aussi le problème du rabaissement de la voie au contact de la zone inondable.

-          Bonnes initiatives pour les infiltrations du paysage en bordure du bras de Moselle, mais sont à mieux représenter au niveau du plan.

-          Avant de détruire les usines, réfléchir sur les nuisances qu’elles causent. Peut-on les canaliser ? Si oui, comment faire ? Etablir la réflexion sur le long terme. Si l’usine est déclassée par la suite, comment faire pour que le projet fonctionne encore ? Possibilité de disposer des bureaux en face de l’usine. Ils pourraient devenir des logements  par la suite si l’usine est déplacée.

-          Les aménagements au niveau du Pontiffroy sont à approfondir. Peut être créé un arrêt de tramway au niveau de la place sur le boulevard Pexhans.

Sous secteur au niveau de la confluence entre Seille et Moselle :

-          Il s’agit de diminuer le trafic au niveau du Boulevard de Trèves. Le rendre traversable à pied. L’idée de créer des ouvertures transversales est intéressante. Faire des coupes et maquette pour se rendre compte du projet. Cela permet de créer des séquences au boulevard. C’est un axe à domestiquer.

-          Pertinence de disposition de différentes activités le long du boulevard.

-          Choix intéressant de créer un espace public, donné à tous au niveau de la confluence en réhabilitant les casernes militaires.

-          Les activités envisagées au sein même du quartier ne sont pas pertinentes. Il s’agit de les disposer au niveau du ring historique, en liaison directe avec le tramway aménagé.

Sous secteur du Sud du Boulevard de Trèves :

-          Pertinence de l’intervention au niveau de Bellecroix. Mais approfondir le travail. Les barres proches du boulevard ne créent elles pas une barrière de plus au quartier ? Seraient-elles à ré envisager ?

-          Remise en question de la création de la place, comme lieu d’articulation au niveau du garage Renault. C’est une importante différence de niveau qu’il faut rattraper. Où se trouverait le sol naturel. Il est nécessaire de travailler en maquette pour visualiser ces complexités de différences de niveaux, afin de trouver une solution.

-          Il se pose aussi la question de la connexion du boulevard de Trèves avec le ring historique. Est-elle vraiment pertinente ? Comment la matérialiser ? Il s’agit là aussi de travailler en coupe et en maquette.