13 posts categorized "Séance du 24 avril"

30/04/2009

GRoupe 15 : HUTTOIS, MARGON, SENARAT, THIERY

Nos propos.

Nous nous sommes interrogés sur la mise en page et nous avons préféré parler d’abord de Metz dans sa région et ses relations avec les villes proches. Pour ensuite s’intéresser à Metz la ville et au secteur choisis.

En présentant notre travail, nous nous sommes aperçus que plusieurs cartes répétaient les mêmes informations ainsi que des problèmes avec la représentation des informations : précises ou par zones.

Nous avons apporté les modifications aux cartes d’analyse que nous avions mises en évidences la semaine dernière. Nous avions vus la nécessité de mettre moins d’information sur les cartes pour clarifier

 

La partie analyse nous a permis de mettre en évidence les enjeux importants du secteur de Montigny lès Metz :

_ Intégration dans le tour de ville paysager qui est mis en place par la ville de Metz. => Liaison avec le canal et la Moselle ainsi que le long de la Seille jusqu’au Parc de la Seille, le centre Pompidou et les Arènes.

_ « élargissement » de la grande rue traversant Montigny, comme il est envisagé d’y installer une ligne TCSP. Et que le trafic y est important en heure de pointe.

Mise en place de perpendiculaires paysagères permettant de  relier les différents quartiers de la ville.

_ Ouverture, désenclavement  des casernes afin de relier les quartiers

_ Nous avons pris le parti de « bloqué » l’étalement urbain en se fixant une limite : la voie ferrée abandonnée qui offrent une promenade (à aménager) ainsi que la vue sur le grand paysage et le plateau agricole lorrain.

_ Intensifier le tissus au niveau des casernes en offrant des lieux, des espaces aux habitants. Offrir une qualité de vie

_ Offrir  plus de mixité au quartier : résidences étudiants…

_ Nouvelle centralité au niveau de l’église dans la rue principale (projet : place, suppression du supermarché pour des commerces de proximité plus urbain, repositionnement de la mairie de quartier…)

_ Dans la zone des grands ensembles « secteur sud-est », nous avons pensé à revalorisé les pieds d’immeubles, rendre ces espaces publiques plus attrayant et éviter les espaces perdus et inutiles.

 

 

 

Pour la partie du projet, nous avons mis en évidence notre philosophie, nos mots d’ordre pour la poursuite du projet. Nous sommes restés très flou avec des intensions qui nous ont été dictées par l’analyse et les enjeux.

 

Groupe n°5: Blareau/Colinet/Hiller/Perdereau

Correction du 24 avril

1/ Synthèse générale des constats et enjeux à l'issue de l'analyse

1 constats et enjeux 


2/ Propositions d'aménagements: shéma d'intentions générales:


2 Propositions d'aménagement

3/ Découpage des secteurs:

3 Découpage 

A l'issue de notre correction il apparaît que nous devrions traiter le boulevard du Pontifroy de manière urbaine car il est un axe majeur qui pourrait relier les nouveaux quartiers entre eux. Il faut egalement revoir le découpage afin de donner au secteur 4 une plus grande part de constructions

29/04/2009

GROUPE 7/ ANTOINE-CLEMONT-MOHORIC-THILLEUL

Groupe 7:
 
Suite à notre correction de la séance du 24 avril 2009, nous avons présentés nos cartes realisées sur ordinateur concernant la phase d'analyse, ainsi que nos
 croquis, coupes et schémas associés.
Nous avons également sur calque presentés nos schémas directeurs de la phase projet ainsi qu'un plan masse rapide de nos intentions.
Nous avons proposer un decoupage en quatre propos que chacun d'entre nous detaillerais dans sa phase de projet, cependant nous nous sommes rendu compte que
la requalification des casernes était d'un volume trop important pour une seule personne.
Nous avons également fait part de notre proposition de mise en page et de l 'insertion de nos documents( volonté d'une mise en page clair et simple dans le
but d'optimiser  une lecture efficace et rapide.)
Suite à notre entretient, nous avons donc notés les divers changements et modifications des cartes et croquis toujours dans cette optique d'efficacité
(notamment au niveau des coupes et de la dualités carte précise/carte schématique).
Pour la semaine suivante, nous avons l'intention d 'experimenter une mise en page avec la phase d 'analyse aboutit ainsi que les planches de philosophie
et de références ainsi que de définir la répartition des découpages de la phase de projet. Nous allons également poursuivre notre travail de plan masse afin
de déterminer exactement les éléments du projet notamment sur la trace des anciennes casernes.
A ce propos nous allons egalement experimenter l espace au sol des casernes car ne pouvant y acceder et nous familiariser avec des espaces connus des
references tel la place Stanislas ou le Cour Léopold. Il n 'est pas évident de parvenir à ce representer cet espace et cet emprise au sol uniquement par
des photos aeriennes et un vas et vient entre des espaces connus placés sur cette emprise nous permettra de ne pas generer des problemes d'echelle .

28/04/2009

Groupe 1 BALDI, CHERIEF, COLNAT, DENG, CREUSOT

La constitution historique des faubourgs fournissent les objectifs du projet. En effet, on doit considérer que chacun d’eux s’est constitué de manière autonome, avec sa propre logique et ses propres besoins : l’agglomération est précisément l’ « agglomérat » de plusieurs noyaux qui se développent. Construire la ville consiste donc à rétablir les liens entre eux. Les faubourgs se développent le long d’une route souvent commerciale : les différents axes que nous avons identifiés constituent ces routes historiques. Il n’est donc pas faux de voir dans le tissu de ce secteur, une partition en tranches qui ne demandent qu’à être reliées entre elles.

Notre idée directrice découle donc ce constat : il s’agit d’établir une continuité transversale, par le biais d’une voirie et d’un réseau d’espace publics, de centralité qui ne sont, pour l’instant, que latentes.

Mais il s’agit également de rétablir le lien entre Metz et le secteur. Notre proposition consiste à utiliser l’autoroute déclassée en boulevard pour la rattacher au ring : de cette manière le secteur ne s’isole plus et le ring prend une valeur beaucoup moins automobile.

Nous reflechissions également au déclassement de la voie ferrée ouest. Mr Vaxelaire nous informe d’ailleurs que le réseau sncf est saturé et qu’on envisage de faire basculer le fret plus à l’ouest.

Ceci est donc l’occasion d’utiliser une voie qui agissait comme une vraie barrière à l’intérieur même de la ville : nous envisagions l’éventualité d’un tramway ; mais un tram-train permettrait à la fois de relier des secteurs et de rétablir une urbanité à la voie de chemin de fer, tout en permettant une redynamisation des zones limitrophes pour l’instant en friche (les transports de marchandises étant les plus bruyants.)

Le déclassement de la voie ferrée serait alors à imaginer dans le temps. Mr Vaxelaire a insister sur cet aspect du projet urbain.

En ce qui concerne les ponts : nous nous interrogeons sur la complexité des niveaux des rives. L’éventualité d’un pont mobile est à méditer – celui-ci n’est utile qu’en dernier recours car il évident que cela coûte cher. Il s’agit aussi de faire attention aux crues.

Quant à nos secteurs, ils s’imposent presque d’eux-mêmes bien que nous ne les avions encore pas décidés. La question de la requalification des Zones Industrielles à été posée à Mr Vaxelaire : les bâtiments industriels ont une valeur proche de zéro ; c’est l’activité qui compte.

 Schéma d"intentions /

Schema

Compte-rendu 24/04/09 - Groupe 19

Correction sous la direction de G. Angster

L’intérêt de la partie analyse est qu’elle nous oriente déjà pour le projet : les cartes et les documents, la manière dont nous abordons certains points de vue, les thèmes choisis, doivent être les pistes de lancement et par la suite les éléments directeurs du projet. Le projet commence déjà dans l’analyse, par l'intermédiaire des enjeux… 

Nous ne sommes pas encore vraiment rentré dans le projet même si il y a des premières intentions, et orientations plutôt bonnes. Nous voulons redonner de la valeur au quartier de Bellecroix, pour cela créer un nouvel axe de circulation à l’est du quartier, ce qui en ferait un quartier passant. De plus ce nouvel axe permettrai de désengorger le boulevard de Trève, et indirectement le ring allemand. Nous avons, par ailleurs, l’intention de redonner une vraie identité au boulevard de Trève, en faire enfin un boulevard urbain. 

En outre, nous voudrions relier le quartier de Bellecroix ainsi que la partie des casernes militaires de l’île de Chambières, au centre ville. En effet, ce sont des quartiers proches du centre, mais avec lequel ils n’entretiennent quasiment aucun lien, nous proposons donc de créer ces liens par l’intermédiaire d’une trame paysagère.

Enfin, toujours  dans le but de relier le centre à la périphérie, il va falloir densifier et construire dans les nombreux creux et vides qui forment une barrière, une ceinture autours du centre ville.


Yoann - Groupe 19

Groupe 21 : BOUGHIDACHE, DAVID, SCHWARTZ, VOINSON

SÉANCE DU 24/04/2009



Lors de cette séance de correction, nous avons présenté nos 4 planches d'analyse, notre planche de références ainsi qu'une ébauche de projet.
Nous avons retenu quelques modifications concernant la présentation des premières planches, certaines cartes (trop ou pas assez détaillées) et d'autres cartes manquantes.
Notre planche de référence contenait 5 références réparties dans 4 lieux qui sont : Scharnhauser park (limite de ville/récupération des eaux de pluie et espace public), Plateau du Kirchberg pour son boulevard urbain, Le haut du Lièvre pour son rapport avec la prison, le City Lounge de St-Gall pour la mise en valeur des bâtiments par l'aménagement du sol. Ces exemples sont bien choisis mais il faudra préciser certaines fois le côté négatif de ceux ci, et les utiliser en contre exemple. (Place de la mairie de Scharnhauser Park : même principe que ce que nous voulons faire mais mauvais exemple car pas assez vivant, pas coeur de ville).
Le projet :
Requalification des sous-secteurs.
N'y aurait-il pas un nouvel objectif sur le quartier? Redensifier les parcelles des institutions, ne plus avoir un bâtiment par îlot. 
Créer des équipements de proximité.
Silo à voiture à rapprocher de l'entrée de ville.
Ligne de bus : revoir le trajet, plus stratégique.
Les espaces verts peuvent se jouer en coeur d'îlots et pas seulement en espace public.
Utiliser une partie du golf pour densifier le quartier et faire la transition entre Grigy et les institutions.
Traiter la limite de ville à Grigy

Groupe 20: Ancel, Knobloch, Kretzer, Schwarb

Notre méthode d’analyse s’organise de l’échelle régionale à l’échelle des secteurs. Les différentes thématiques sont étudiées à chaque échelle.

 

Remarques relatives à l’Analyse :

           

En résumé, nos cartes sont justes mais doivent mieux mettre en évidence les points forts et points faibles de la ville, et ce à chaque échelle. L’important doit sauter aux yeux (par exemple, en complétant avec des schémas). L’oral doit mettre en surbrillance les soucis de la ville, de l’agglomération, ou de la région.

 

Remarques relatives aux Secteurs de Projet :

 

Secteur des Limites de Campagne :

            - Le parti pris de ne pas construire sur les franges de la campagne (actuellement qualifiées par la Mairie de réserves foncières) doit être bien argumenté.

            - La limite de frange en elle même reste à qualifier. En effet, il faudrait faire profiter de cette frange à plus de population. On doit préférer la densification. Cela pose donc la question du front de ville : quelle image donner de la ville depuis les champs et vice versa ?

            - S’il y a densification, anticiper l’installation de services et commerces appropriés. Finir et compléter correctement ce qui a déjà été commencé.

           

Secteur Ateliers Sncf – base de loisirs :

            - Notre première idée était de conserver et partitionner les bâtiments des ateliers. Seulement, en conservant ces grands hangars (sans réel intérêt patrimonial), nous nous privons d’une occasion de renouvellement. Il faut aménager des rues et garder ce qui a véritablement de l’intérêt (démontrer par des photos).

            - Liaisonner les deux rives par des vues, et des passages divers…

            - L’idée de passerelle piétonne franchissant la voie ferrée est une bonne idée à exploiter.

            - Il faut dessiner un véritable maillage et déjà dessiner les bâtiments.

            - Conserver une structure pour des halles couvertes par exemple mais pas partout.

 

Secteur des Casernes :

            - Etudier la possibilité de relier les deux bouts de la ville, de la base de loisirs au cimetière près de la Horgne (en limite de campagne), dans la logique d’une trame verte, à l’échelle de l’agglomération.

            - Travailler les axes internes aux casernes, de façon perpendiculaire aux grandes voiries de Montigny : peut-être des passages piétons ? Conserver des grands îlots pour complexifier les tissus.

            - Les éléments commerciaux et les équipements doivent être placés aux abords des voiries principales (en cœur de quartier, apportant une facilité d’accès et de garage).

 

En somme, on dénombre trois zones de réflexion, à couper en quatre sous-secteurs.

groupe 23: Baudinet Enderlin Zagury

Compte rendu du 24/4

Insister sur le projet de contournement des autoroutes car  il s’agit de l’amorce de notre démarche.

Développer les thèmes du patrimoine, du paysage et des déplacements.

Schématiser le développement de la ville, différencier les voies rayonnantes qui sont des routes voire des rues avec le développement des faubourgs et la vision d’après guerre avec l’arrivé de la voiture et des voies à vocation uniquement routière qui ont abouties à une ville éclatée et découpée. (Rapport entre ville dense et opération de requalification des voies).

Retrouver la logique historique des connexions et entrées vers la ville (ancien tracé et portes), et la prolonger vers le nord (Ile Chambière).

Créer la continuité du boulevard de Trèves  vers le nord et Ile Chambière pour venir fermer la boucle avec l’A31 requalifié en boulevard urbain.

S’intéresser aux casernes qui sont aux portes nord de la vieille ville pour leur donner une identité de faubourg.  Au-dessus de la voie le terrain n’est pas constructible, nous envisageons des connexions piétonnes vers un futur parc ou pépinière, dans une logique paysagère.

Envisager le déplacement des pompiers ainsi que du concessionnaire automobile situés à l’entrée de ville. Densifier et fermer l’ilot situé entre la seille, le concessionnaire et l’hôpital militaire.

GROUPE 16 : COURTOT, SOURISSEAU, TISSERANT, VUONG

Compte rendu 24 avril-secteur CHAMBIERE-Boulevard de Treves-

 

1ère partie : Carte analyse

-          A propos  de la représentation : rester schématique avant tout et cibler quelques informations importantes qui nous guident pour le projet.

-          Choisir l’échelle la plus pertinente pour le paysage urbain, notamment celle de la ville de Metz, promenade des remparts.

-          Dimensionner les flux de population entre les villes sur sillon sur l’échelle régionale.

-          Orienter le diagnostic  sur les objectifs d’aménagements du projet, les cartes réalisées doivent anticiper sur les enjeux du secteur. Choisir chaque carte en fonction de son impact sur la suite du projet.

-          Etre plus pertinent dans l’analyse.

-          Soigner les connections entre les parties, entre le sujet et le diagnostique.

-          Définir les objectifs clairement  sur une carte.

2e  partie objectifs d’aménagement

-          Définir les sous-secteurs sachant que chacun doit avoir un secteur urbanisable

-          Enjeux de notre quartier : mixité sociale et fonctionnelle / densité / travail sur l’identité/ transversalité entre les différentes entités.

-          L’installation du transport en commun sur le boulevard de Trève entraine la formation d’un pôle multimodal qui pourrait être l’ancienne gare de l’abattoir, et le carrefour actuel qui accueille le concessionnaire automobile.

-          L’actuel emplacement du concessionnaire est un véritable enjeu urbain car lien avec la Gare, le tram desservirait en quelques minutes ce pôle multimodal qui deviendrait urbain.

-          A traiter aussi dans la même problématique l’hôpital actuellement non urbain, complètement  fermé sur la rue. Le parcellaire du carrefour devra être redécoupé pour lui donner une échelle urbaine en rapport avec le cœur de ville proche.

 

Il nous faut étendre la vision du projet, c'est-à-dire avoir une vision plus globale en s’appuyant sur les plus grandes échelles, et ensuite énoncer clairement les enjeux du quartier à différentes échelles.

 

 

 

27/04/2009

Groupe 6 :Herbeth, Pang-cheng, Pitard, Tonin

Compte rendu du 24 avril 2009

Analyse :

Pl 1041Pl 2042Pl 3043 Pl 4044 
 
                               

Suite a notre correction, nous avons conclus que notre mise en page prévue pour la phase 1 était trop compartimenté, trop scolaire, la mise en page doit liée les différentes échelles et se mettre en place par rapport a notre discours a l’oral de manière a facilité la compréhension de celui-ci.

Nous avons aussi constaté qu’a certaine échelle nos cartes sont trop détaillés, se qui perturbent la lisibilité de celle-ci, nous devons plus les synthétisés et faire ressortir l’essentiel.

-Carte a synthétisé en priorité : Grands entité paysagère,

                                                         Interaction

                                                         Coupe

                                                         Voir la question des couleurs par rapport à la couleur du fond

Sur les cartes de l’historique il nous faut représenter la partie correspondant à la première extension urbaine sur notre zone.

De manière a enrichir notre projet, nous allons faire un inventaire des différents type de berge le long du fleuve, et réfléchir à leur liaison futur sachant qu’à l’heure actuel il y existe une multitude de profil différent.

Projet :

Il nous faut formaliser nos intentions de projet, a l’heure actuel nous n’avons pas encore mis noir sur blanc nos idées, cependant nous pensons avoir ciblés des axes d’interventions.

Analyse et réflexion sur les tracés structurants actuels des différents quartiers du projet et réflexion sur leurs liens et extensions pour le projet.

-réflexion sur le traitement des berges (leurs profils, leurs matérialisations.., question de la requalification des différentes typologies de berges et comment créer une liaison entre elles ?

-Question du devenir de la A31, de sa transformation (colonne vertébrale du projet), travaille sur sa partition, ses différents profils, sa typologie (Nombre de voie, stationnement, espace, transport, gabarit).

 

                                         

Une deux fois deux voies plus bande d’arret d’urgence

                                                                          Un boulevard constutué d’une voie pietonne,                                

une voie   cycliste,deux voies TC,deux voies VL

                             

              Profil2                           Profil1

                 

-La question du traitement des espaces récupérés par le démontage des échangeurs de l’A31, espace à potentiel foncier, réflexion sur le type de foncier, sont gabarit, sa nature.

La question des pôles de distribution actuel crée par les échangeurs et leurs devenir.

-Nous devons nous intéressés au transport en commun actuel de manière a crée des pôles modales, des pôles de centralité, en liaison avec le projet.

Les sous ensembles de projet sont à précisés et y dégagés les problématiques principales et les liens entre eux.

Sous –secteur :

Ban st-Martin, Traitement A31  et de ces abords, Rue de Thionville et échangeur, Entrée de ville et limite de ville.

Info : Planche de philosophie du projet, amené un maximum de références et de documents,

A l’heure actuel quelques unes de nos références :

Des villes durables Richard Rogers (traitement des eaux)

Parc de Corajoud Paris

Traitement des voies ferrées (ex Strasbourg, Scharnhauser Park,..)

Traitement de l’eau (Stuttgart)

                                                                                       

Groupe n°17 : Flick, Frien, Gozzo, Pettenati.

  La séance du Vendredi 24 Avril nous a permis dans un premier temps de finaliser nos cartes d’analyse et diagnostique du quartier. Nous avons cherché les meilleurs moyens pour mettre en valeur les différentes qualités paysagères du technopôle, avec l’aide de l’enseignante. Celle-ci nous a ensuite validés ces moyens de représentations et leur contenu.

  Dans un deuxième temps nous nous sommes concentrés sur le projet, pour ainsi définir au mieux et bloquer les enjeux du projet. Chaque enjeu a pu faire l’objet de réflexions auparavant, nous amenant à des actions plus poussé sur le projet. Nous avons donc présenté des plans précis et d’autres plus schématiques. Les méthodes graphiques ainsi que l’organisation du projet ont été définis précisément. Avec quelques conseils supplémentaires, l’enseignante nous a confortés  dans notre lancée et nous a aidés à améliorer encore nos idées.

Voici les enjeux principaux de notre quartier  et les différentes manières de les traiter ;

REDONNER DE LA MIXITE et REDENSIFIER le quartier afin de lui redonner une DYNAMIQUE. Le quartier est pour l’instant essentiellement tertiaire. Il y a peu de diversité. Il faut en autres revaloriser et requalifier les espaces de friches et les pelouses inutiles situées autour des bâtiments. Diminuer et reconvertir les nombreux parkings qui appauvrissent la qualité du quartier.

Il s’agit ensuite de créer une hiérarchie des voies afin de REDONNER SA PLACE AU PIETON. En effet, le quartier fonctionnant actuellement essentiellement autour de la voiture, l’enjeu est de diversifier les moyens de locomotion et de diminuer l’espace consacré à la voiture.

Il faut également remettre en valeur la VOIE HISTORIQUE qu’est la rue de Strasbourg. Pour cela, il faudrait ralentir et diminuer le trafic routier, créer une dynamique le long de cette rue en la transformant en boulevard. Augmenter la largeur de la voie, y ajouter des transports en commun plus importants, des pistes cyclables, des trottoirs généreux. Créer des commerces longeant cette rue qui est amenée à devenir un des centres dynamique et agréable du quartier. Afin de réduire le trafic routier, nous pensons le répartir sur trois voies ; deux voies plus directes seraient crées de part et d’autre de la rue de Strasbourg.

Gérer l’ « ENTREE DE VILLE » est également un enjeu important ; une entrée qui ne l’est pas vraiment, étant donné la présence du centre des congrès et la construction de l’hôpital et la plus loin encore à l’extérieur. Un parking relais, une gare de tram ou de bus nous sembleraient le début d’un pôle dynamique symbolisant l’entrée de la ville. Tout cela le long de l’autoroute, afin de prendre le relais de la voiture et de protéger le quartier des désagréments du trafic grâce à cette zone tampon.

Enfin, l’un des enjeux les plus important qui découle d’une caractéristique essentielle de notre quartier ; VALORISER LE PAYSAGE. Le grand paysage (terres agricoles, champs, vues) et le petit paysage (lac, golf, promenades, fort Queuleu, bois, friches). L’idée serait de créer des coulées vertes dans le quartier venant et allant aux autres quartiers, au grand paysage (longeant l ruisseau par exemple), au village de la Grange au Bois, au fort Queuleu. Ces coulées pourraient converger vers le lac, deuxième centre dynamique du quartier dédié aux activités de plein air, aux promenades…

Toutes ces interventions permettraient également d’inscrire le quartier dans la ville de manière plus forte, de le désenclaver en attirant des habitants des quartiers alentours (ce qui a déjà lieu actuellement autour du lac).

Quelques autres questions se posent d’un point de vue plus ponctuel ; Comment intégrer la prison au quartier ? Que faire du fort à l’abandon enterré en face de la prison ? Comment intégrer le village de Grigy au quartier ?

 D’une certaine manière, notre quartier se divise en deux zones ; la zone vierge à construire entre la rue de Strasbourg et la prison et la zone de requalification, beaucoup plus grande, qui concerne tout le technopôle déjà construit ; il s’agit de revoir entièrement la morphologie de cette zone, travail très délicat et essentiel.

Scan  Scan2

25/04/2009

Groupe 3 : Perrin, Petiau, Plauche-Gillon, Thomas, Yin

Séance du vendredi 24 avril 2009

Quartier Devant-les-Ponts / Patrotte :


Planche 011


Notre première réflexion du projet est basée sur une analyse géographique du secteur : associer la différence des niveaux de terrain (par rapport au niveau de l'eau) et le réseau hydrographique (bassins et ruisseaux). Suivant les ruisseaux existants, une trame paysagère est planifiée, ce qui renforcerait un axe perpendiculaire aux voies principales. Nous souhaitons traiter la récupération des eaux pluviales dans le paysage avec une utilisation du mouvement de terrain. C'est-à-dire, une ''coulée verte'' qui suit le chemin de fer (coté St Martin). Cette coulée verte descendrait jusqu'au parc au bord du canal, où se trouve un point naturel plus bas qui peut devenir un bassin déversant. Mais la détermination de cette colonne vertébrale et paysagère de quartier demande une exactitude quant à la topographie.

Nous savons que le réseau de collecte des eaux pluviales est actuellement saturé. Le traitement sans tuyaux peut être une solution, comme le projet de Eura-technologie à Lille. Dans une vision écologique, la déconnexion du réseau peut aussi bien fonctionner : le trop plein est réinjecté dans la ''coulée verte'', ou utilisé à la place de l'eau potable pour alimenter les réservoirs des sanitaires ou encore l'arrosage.


Concernant le réseau de transport commun, nous envisageons de profiter d'une partie du rail existant (l'axe que la ''coulée verte'') qui compose le triangle stratégique, pour le transformer en une ligne de 'tram train'. Cette ligne permettra de desservir ce secteur résidentiel pour désengorger et compléter le réseau existant de bus.


Insistant sur la dangerosité et le mauvais usage de l'autoroute A31 au bord du canal, nous envisageons de transformer l'autoroute en boulevard urbain de niveau avec le quartierdonc en rasant les talus. Cela diminuerait le flux de voiture et enrichirait les modes de transport avec l'intégration des piétons et des cyclistes. Ce boulevard constituerait un nouveau contournement du secteur jusqu'à Woippy. Dans la section le long du canal, la construction d'une série d'équipements et de commerces est envisagée afin dedensifier et de créer une mixité d'activités dans cette bande paysagère.  En vue d'une facilité d'accès du centre à des grands équipements en périphérie, nous conservons le Ring et créons un autre boulevard urbain qui desservira le quartier universitaire sur l'île du Saulcy.


Il faut considérer la problématique de la jonction (traitement en noeud d'articulation) entre le tram, le train et le boulevard : 

- la qualité du carrefour : un carrefour pourrait gérer la distribution entre les différentes voies

- des places centralisantes (silo à voiture, squares, ...) sont à créer à l'intersection des voies

- le déplacement des rampes d'accès aux ouvrages (pont, voie du tram, ...) peut influencer l'emplacement des bâtiments

- la différence des niveaux entre la berge, le sol et les ponts : il faut prévoir une protection contre les inondations, par exemple des quais, des digues ; et également une hauteur minimale pour le passage des bateaux, la différence de hauteur peut être réglée par un pont mobile, comme c'est souvent le cas aux Pays-Bas. La variété des types de ponts et un aménagement des berges pourrait apporter une grande qualité au paysage.


Enfin, nous réfléchissons à transformer des terrains militaires en îlots mixtes (habitat et activités) comme nouvelles centralités à l'échelle globale du secteur qui doivent trouver une nouvelle logique d'intégration au quartier, notamment à travers l'espace public.





 

24/04/2009

Groupe n°14: DOGO, MULLER, PASCAL, TAILLADE

Analyse du paysage : Abandon de l’historique du paysage par manque d’information. Bonne compréhension des reliefs et des enjeux à l’échelle de la ville. Définition des problèmes  en vue du  futur projet.

 

Analyse des réseaux : Bonne échelle régionale (analyse jusqu’à Strasbourg). Différenciation réseau autoroutier NORD-SUD et réseau ferroviaire EST-OUEST. Bonne analyse des typologies de voiries en vue de les réutiliser dans le projet.

 

Analyse de la morphologie urbaine : Détailler le foncier libérable. 3D pertinente pour présentation à l’oral.

Analyse de la population : Attention à bien définir les périodes historiques analysées. Produire carte schématique et/ différents pôles.

Au niveau du quartier définir les différentes sortes de population (couper avec la carte de la morphologie urbaine) ou montrer les pôles d’attraction (commerces, équipements…)

 

Projet et enjeux :

Connexion avec les autres quartiers voisins.  Réappropriation de l’autoroute prochainement déclassée. Retravailler le centre des quartiers. Analyser les patrimoines à conserver.

Définition des sous parties futures.