8 posts categorized "Groupe 7"

18/06/2009

Groupe n°7 : ANTOINE Sarah - CLEMONT Rachel - MOHORIC Nicolas - THILLEUL Stephanie

Voyage à Paris.

 

L’histoire de Paris fait qu’elle est riche en patrimoine et en diversité. Et c’est cela qui la rend très intéressante à voir, parcourir et étudier.

Sur ce laps de temps très court, on a pu voir et découvrir un grand nombre de choses intéressantes.

Intéressantes parce que leurs contextes étaient divers et variés. Le fait de côtoyer en même temps des bâtiments, des typologies urbaines, des espaces publics de différentes époques et de différentes pensées en révèle vraiment l’essentiel.

Au niveau des nouvelles constructions, le quartier de la grande bibliothèque était vraiment intéressant et pertinent par rapport au projet en cours, et surtout après le workshop… Le fait de retrouver des typologies urbaines si proches les unes des autres permet de les comparer. Dans ce quartier on retrouve des ilots ouverts ainsi que des ilots fermés tout-deux contemporains, avec une diversité d’aménagements en cœurs d’ilots.

De même les différences architecturales sont notables et appréciées, le problème étant peut-être le manque de différence d’architecture au sein d’un même ilot, ce qui donne un espace moins vivant, et peut-être plus aseptisé…

Le quartier de l’école d’architecture quand à lui est encore différent… Un ilot est égal à un bâtiment. L’ensemble parait donc être à une échelle plus petite, avec un architecte par bâtiment, ce qui apporte de la diversité et de l’originalité, pas toujours appréciées par les habitants du quartier… L’école nous montrant elle-même une réhabilitation d’usine plutôt convaincante… !!!

Toujours dans la même zone, le parc de Bercy est un bel exemple de parc vivant, offrant un maximum d’espaces variés et appropriables pour diverses activités. Il est bordé coté nord par des immeubles de logement avec activités et commerces en rez-de-chaussée, l’ensemble étant plutôt réussi et agréable à parcourir ! Très bon exemple d’immeubles en front de parc, ou d’espaces agricoles…

Le canal Saint-Martin est quant à lui très appréciable pour les promenades qu’il offre et qui le mettent en valeur. Avec des aménagements, très simples et pourtant très efficaces,  à l’échelle de Paris. Bien que les berges en partant vers le nord, vers le parc de la villette ne soient pas vraiment aménagées…

 

Les expositions étaient très intéressantes par rapport à ce qui va être construit ainsi que les différents regards des architectes sur les enjeux de la ville de Paris. Pour l’exposition de la cité de l’architecture, les approches étaient très différentes les unes des autres. Elles traduisaient une grande diversité de points de vue, de réflexions, et de moyens de représentations. Malheureusement on peut remarquer que cette exposition est destinée uniquement à des « professionnels », elle ne doit pas vraiment être parlante pour le grand public étant donné la complexité de son contenu, et parfois de la forme…

Il est bien entendu dommage que seulement des équipes célèbres aient été sélectionnées.

Groupe n°7 : ANTOINE Sarah - CLEMONT Rachel - MOHORIC Nicolas - THILLEUL Stephanie

Compte rendus séance du 5/06/09 par Guillaume hangster

 

Première correction individuelle faite par sous secteurs            

Lors de cette séance nous avons présentés sur calque l’un après l’autre l’aménagement de notre sous secteur. Suite à la séance précédente nous avions dût surtout modifier des éléments sur la taille des rues et notamment la hauteur du bâtit. Désormais la typologie du bâtit et le découpage parcellaire semble être totalement déterminer.

 

Nous avons donc désormais de façon générale à tenir compte de:

-        l'importance de travailler en coupe

 

-        trouver les éléments fondateurs de nos sous secteurs afin de les faires ressortir par des croquis de concept comme lors du rendus de la première phase. Afin que nos idées paraissent claires.

 

-        L organisations et une logique qui diffère selon l’implantation de nos sous secteurs, les outils d’aménagement ne sont donc pas les mêmes.

 

-        faire attention au dimensionnement du bâtit notamment au niveau des logements collectifs.

 

-        Prévoir le stationnement d au moins une place de parking minimum par logements.

 

            Il y a eu  ensuite des remarques plus individuelles au cas par cas auquel nous allons tenir comte pour la semaine prochaine. En écoutant les quatre corrections nous avons donc pu faire le point sur certains éléments que d'autres avaient pensé, ou encore les solutions qu’ils ont entrepris pour les résoudre.

            Il est également très intéressant et pertinent de voir comment nous réagissons différemment face aux problèmes que nous pouvons rencontrer.

De plus nous avons pu noter que les logiques d'urbanisation varient selon les secteurs car les enjeux ne sont pas les mêmes.

            Il va également falloir être vigilent sur les jonctions de nos quartes sous secteurs.

En effet de la même façon que nous travaillons en tenant de l’environnement, nous devons avant tous travailler en harmonie et en cohésion avec les quartiers qui nous entourent.

 

 

 

25/05/2009

Groupe n°7 : ANTOINE Sarah - CLEMONT Rachel - MOHORIC Nicolas - THILLEUL Stephanie

Correction du vendredi 22 mai :
-confrontation des travaux des quatre groupes travaillant sur Montigny : les approches sont globalement les mêmes, quelques points de projets diffèrent.
-correction individuelle : le plan masse globale comporte une bonne cohérence. Des ajustements sont à faire pour harmoniser les quatre sous secteurs ensemble. Le travail de chacun sur son sous secteur est donc maintenant de réajuster le projet : largeur des voies, hauteur du bâti, proportion des vides par rapport aux pleins... Il nous faudra beaucoup de réajustements, ré envisager les ilots, les redimensionner correctement... pour pouvoir passer de l'esquisse à un véritable dessin de projet.

Objectif pour dans deux semaines : s'inspirer du voyage à Paris qui nous fournira des références pourredimensionner les ilots et les voiries. Le but est de se constituer un "carnet de références" pour savoir nod envies et idées et pouvoir s'y référer en terme de dimension, proportion... afin de dessiner notre propre projet.

29/04/2009

GROUPE 7/ ANTOINE-CLEMONT-MOHORIC-THILLEUL

Groupe 7:
 
Suite à notre correction de la séance du 24 avril 2009, nous avons présentés nos cartes realisées sur ordinateur concernant la phase d'analyse, ainsi que nos
 croquis, coupes et schémas associés.
Nous avons également sur calque presentés nos schémas directeurs de la phase projet ainsi qu'un plan masse rapide de nos intentions.
Nous avons proposer un decoupage en quatre propos que chacun d'entre nous detaillerais dans sa phase de projet, cependant nous nous sommes rendu compte que
la requalification des casernes était d'un volume trop important pour une seule personne.
Nous avons également fait part de notre proposition de mise en page et de l 'insertion de nos documents( volonté d'une mise en page clair et simple dans le
but d'optimiser  une lecture efficace et rapide.)
Suite à notre entretient, nous avons donc notés les divers changements et modifications des cartes et croquis toujours dans cette optique d'efficacité
(notamment au niveau des coupes et de la dualités carte précise/carte schématique).
Pour la semaine suivante, nous avons l'intention d 'experimenter une mise en page avec la phase d 'analyse aboutit ainsi que les planches de philosophie
et de références ainsi que de définir la répartition des découpages de la phase de projet. Nous allons également poursuivre notre travail de plan masse afin
de déterminer exactement les éléments du projet notamment sur la trace des anciennes casernes.
A ce propos nous allons egalement experimenter l espace au sol des casernes car ne pouvant y acceder et nous familiariser avec des espaces connus des
references tel la place Stanislas ou le Cour Léopold. Il n 'est pas évident de parvenir à ce representer cet espace et cet emprise au sol uniquement par
des photos aeriennes et un vas et vient entre des espaces connus placés sur cette emprise nous permettra de ne pas generer des problemes d'echelle .

23/04/2009

Groupe n°7 : ANTOINE Sarah - CLEMONT Rachel - MOHORIC Nicolas - THILLEUL Stephanie

Quartier de devant-les-ponts


-Quartier extrêmement intéressant car composé de tissus urbains totalement différents et pose donc énormément de questions essentielles à notre réflexion sur la ville de demain ou tout au  moins sur la transformation de la ville d'aujourd'hui pour qu'elle devienne la ville de demain

-Situation à un endroit stratégique de la CA2M du fait de la proximité dela Moselle

-Proximité de l’A31 vouée à disparaître et qui libère donc une surface conséquente, et d'une forte population

 Ce quartier offre donc un réel potentiel de requalification des espaces en bord de Moselle, et demande également un travail très fin d’analyse puisqu’il est constitué d’un tissu complexe d’éléments riches et de patrimoine à conserver, ainsi que d’éléments plus médiocres. Le tout est donc à reconsidérer dans un projet global et cohérent.

 

Quartier du technopôle
 

 -Quartier en bordure de ville qui pose donc le problème de l’entrée de ville, et des zones à traiter pour assurer la cohérence d’un tel espace. Sont alors posées les questions des limites, où s’arrête la ville, comment commence-t-elle…

-Quartier peu construit qui soulève la question des espaces agricoles : sont-ils des espaces à reconsidérer dans un optique de densification, et pour utiliser ces terrains dans un but urbain ? Ou au contraire essaie-t-on de mêler finement l’agricole et l’urbain, peut-être en reconsidérant ces terrains en jardins, ou autres…

-Problème de l’image du quartier : présence de la prison notamment. De plus le quartier semble peu investi par les commerces et les services, il est pour l’instant assez en marge de l’activité.

-Ce quartier pose également le problème de l’étalement urbain, notamment à cause de la nouvelle zone autour de l’hôpital en construction : risque d’étalement urbain


Quartier  boulevard de Trêves et les casernes de Chambières

 -Site de très bonne qualité, et qui dispose d’une situation particulièrement intéressante (15 min à pied du centre ville)

-Cependant, il pose le problème du boulevard de Trêves qui nécessite une vraie intégration dans le projet
-Ce quartier possède également un patrimoine important avec la présence de fortifications qui fournissent des espaces verts de qualité, ainsi que les casernes sur le boulevard et à Chambières qui représentent un potentiel intéressant à magnifier

-Chambières pourrait également devenir le lieu d’un projet intéressant d’entrée de ville

Quartier de Montigny 

 -La zone des casernes pourra être très intéressante à requalifier : elles offrent des espaces verts à inventer

-Le quartier offre également un grand potentiel foncier et paysager à retravailler et à intégrer dans l’urbain

- La voie ferrée représente cependant une coupure dans le quartier, et certains abords de la voie ferrée pourraient être intéressants à reconsidérer

- Le site des entrepôts SNCF représente un espace intéressant, qui devra être réinventer pour une densité plus important, éventuellement des espaces verts…

 

A l’ouest de l’agglomération messine, deux artères principales structurent le quartier et le relient au centre.  Plutôt dense et mixte, le quartier ne dispose cependant pas de véritable centre. Il nécessite donc d’être reconsidéré dans son ensemble, ce qui pourrait lui apporter une cohérence globale plus forte et une véritable identité.

19/04/2009

Groupe n°7 : ANTOINE Sarah - CLEMONT Rachel - MOHORIC Nicolas - THILLEUL Stephanie

Le secteur de Montigny possède un fort potentiel que nous avons décidé de mettre en valeur par les différentes cartes analytiques, afin de préparer, des la phase d’analyse, l’axe par lequel nous projetons d’envisager le projet urbain.

Par une première carte à l’échelle de l’agglomération, nous avons décidé de mettre en valeur la position de Montigny en matière d’attractivité, dans l’agglomération messine. Pour cela, nous cherchons à faire la place de Montigny dans la zone urbanisée de l’agglo, faire apparaître les différentes voies de communication et la manière dont Montigny en est concernée, ainsi que les différentes zones d’attractivité de la ville. Il ressort de la correction qu’il serait important dans ce sens de différencier les différentes zones attractives : par exemple, différencier les zones industrielles de la périphérie sans valeur urbaine, du centre historique à forte valeur urbaine et patrimoniale.

 Notre seconde carte à l’échelle de l’agglomération a pour enjeu de mettre en valeur la situation exceptionnelle de Montigny qui tangente le paysage de campagne. Il nous faut pour cela faire ressortir de façon plus évidente l’infiltration de la campagne dans la ville par le biais de la vallée de la Seille.

Notre carte doit finalement faire ressortir les trois éléments majeurs que sont : la vallée de la Moselle, les coteaux de Moselle, et le plateau agricole.

Un schéma portant sur le paysager nous permet d’appuyer cette idée que Montigny s’inscrit dans une forte trame paysagère entre le parc structuré de ville et le grand paysage agricole.

Notre but, par cette série de cartes analytiques, est de mettre en valeur les qualités du quartier, qui possède une double valeur : celle d’être tant un quartier à la campagne qu’un quartier très urbain.

 Les cartes au niveau du quartier nous permettent de nous poser la question de la limite de ville au niveau des terres agricoles. Ainsi, nous cherchons à faire ressortir le lien urbain nord-sud (à mettre en valeur), ainsi que le lien paysager transversal (lien doux, parcs, promenade, proximité agricole très forte). Il nous faut également nous poser la question de la coupure que représente la voie ferrée dans ce quartier.

 Nous avons décidé également de présenter un rapide historique de la ville de Montigny qui nous permet d’exprimer de façon très claire la construction par fragments de ce tissu urbain.

 Nos enjeux pour le projet sont donc, en conclusion de cette analyse, les suivants :

            -          faire de la campagne et de la vallée de a Seille un enjeu très puissant par une liaison forte

-          se poser la question : fait-on un centre ou plutôt une centralité de faubourg, c'est-à-dire une linéarité structurante de la ville de Montigny avec une succession de points forts (place, église, halle d’exposition, commerces…) avec un emboîtement de l’urbain, du naturel, du cultural… Il parait intéressant de chercher à mettre en place une addition de potentiels en leur donnant des valeurs, des hiérarchies.

-          Montrer qu’augmenter la densification peut-être aussi efficace que la construction en bordure de terres agricoles, que nous chercherons à préserver.

03/04/2009

Groupe n°7 : ANTOINE Sarah - CLEMONT Rachel - MOHORIC Nicolas - THILLEUL Stephanie

Voyage d’étude du vendredi 27 mars 2009

Stuttgart-Ostfildern et Tübingen.

 

Le quartier de Stuttgart Ostfildern est une tentative de création d’une petite ville qui se voudrait dynamique grâce à la diversité des activités et des types d’habitats que l’on y trouve.

Le problème est que si dans le programme on trouve effectivement une diversité, dans la réalisation il en est autrement. A une échelle global, ce quartier est constitué d’habitats individuels et d’habitats collectifs de tailles diverses, ainsi que de commerces, de quelques activités du tertiaire et de quelques équipements publiques.

Mais dans la réalisation, toute cette diversité n’existe pas réellement. En effet, ce quartier est très sectorisé, et les secteurs sont séparés les uns des autres par de réelles coupures telles que des routes assez fréquentées, une ligne de trame etc.

De ce fait, même si chaque secteur présente de grandes qualités (on peut noter tout le système de récupération des eaux pluviales du quartier de maison individuel qui est très simple, mais complet, et très finement réalisé, ainsi que les jardins qui sont très agréables, des cours intérieurs plantés semi-privatives etc.) Il en ressort un ensemble plutôt hétérogène alors que l’enjeu d’un quartier comme celui-là est de faire cohabiter différents types d’habitats et d’activités de manière à créer un ensemble, une entité complète et homogène…

De plus on constate en le pratiquant qu’au bout de quelques années d’occupation, ce quartier a l’air impersonnel, c'est-à-dire que les personnes qui y vivent n’ont pas pris possession des lieux. Et cela se ressent aussi dans le petit centre qui se veut attractif ; mais dans lequel il y a peu d’espaces attractifs…

Le fait qu’il ait été fait de manière assez monumental n’est peut-être pas étranger à ce manque de vie notoire…

 

Le quartier de Tübingen n’est pas vraiment comparable au précédent. Peut-être est-ce parce qu’il s’inscrit dans un tissu urbain beaucoup plus présent, directement relié à la ville elle-même. Ce quartier parait être un véritable exemple de quartier récent qui peut prétendre être urbain dans tous les sens du terme. Il rassemble toutes les qualités des centres ville historiques si prisés.

On y retrouve une diversité d’habitat, d’architecture, de fonction, d’activité… Chaque ilot, chaque immeuble a ses propres caractéristiques (chaque immeuble a été créé par des personnes différentes pour accueillir des personnes en particulier ; de ce fait on évite les répétitions de modèles standards…) tout en restant cohérent à une logique d’ensemble, qu’il soit neuf ou réhabilité… De ce fait c’est un quartier cohérant et mixte à l’échelle du quartier entier mais aussi à des échelles plus petites. Chaque immeuble accueille des activités en rez-de-chaussée, des commerces, des bureaux, des ateliers, des galeries d’art… Tout bâtiment existant a été étudié de manière à définir s’il était possible de le réhabiliter, de ce fait des artisans ont pu installer leurs ateliers dans le quartier créant une vie de quartier tout au long de la journée…

Les espaces publique et collectifs privés ont été pensé dans un intérêt collectif dans leurs moindres détails… Les cœurs d’ilots  accueillent des petits équipements collectifs pour tous les habitants de l’ilot. Les espaces publiques sont eux pensés pour un usage facile, agréable et pratique… On ne proscrit pas la voiture, on en rend son usage facile, cependant, sa place est bien définie (garage, silo à voiture, voies d’accès, places de parking devant les commerces…), mais ce n’est plus elle qui régi la ville. Les piétons et les cyclistes sont favorisés avec des espaces pensés pour eux, des garages à vélo etc.

Tout cela rend ce quartier vivant, il y a du passage, de l’activité, du stationnement, des échanges, des rencontres…

16/03/2009

Groupe n7 ANTOINE-CLEMONT-MOHORIC-THILLEUL

COMPTE RENDUS de la séance du 13/03/09

                Après avoir analysé et répertorié les caractéristiques de chaque quartier, nous sommes restés sur nos premières impressions en optant pour l’étude du  quartier MONTIGNY LES METZ.

Premières intuitions de travails :

-          potentiel foncier à exploiter et réhabiliter (notamment celui des ateliers et des casernes)

-          repenser la jonction étroite avec le cœur de Metz du point de vue des piétons.

-          Tenter de remédier a la division de la ville par les voies ferres.

-          Gérer la jonction de divers  tissus urbains très divers

-         

Objectifs de la semaine :

-          Effectuer à plusieurs échelles une analyse et une étude des différents thèmes

-          Parcourir le quartier avec un regard attentif aux thématiques répertorié

-          Rassembler les documents utiles et nécessaires à l’étude