7 posts categorized "Groupe 4"

19/06/2009

Groupe 4 : Didot, Journoud, Mougeolle, Scharff (12/06/09)

Chambière Nord :

Un réseau de parcs avec de nombreux cheminements piétons composent le sous secteur. Les logements collectifs sont répartis le longs des abords de la Moselle, véritable espace majeur. Les transformateurs ont été conservés en essayant de les intégrer au tissu urbain. Les activités se situent le long des axes structurants. Pour créer les rues structurantes du quartier nous nous sommes appuyés sur les rues déjà existantes. Des schémas montrant ce que nous gardons sont à créer afin de montrer d’où viennent nos choix. Par exemple un schéma de la voirie permettrait d’expliquer comment cette question est traitée. Une coupe sur le transformateur et la proximité du voisinage est à réaliser, une contre allée boisée avec un chemin piéton est peut être à créer. Vérifier la hauteur du bâti en coupe et en modélisation 3D. Dans le Zoom, préciser s’il y a des balcons, des vues offertes avec un recul du dernier étage pour créer des terrasses. Les ateliers d’artisans constituent une zone tampon de la voie ferrée. La mairie de quartier avec sa place est un pivot mais sa dimension est à revoir. Ne pas faire trop de places, trouver quelque chose de plus complexe, par exemple, l’îlot peut être considérée comme l’articulation des deux quartiers. Définir l’ambiance dans l’aménagement des places. Gérer les liaisons avec le parc, les chemins à l’intérieur du parc sont à développer.

Chambière Sud :

Dans ce sous secteur il faudrait renforcer la profondeur verte avec des petits squares, des parcs à l’intérieur même des ilots. Concernant le tramway qui passe boulevard du Pontiffroy, un arrêt de tram au sud serait plus pertinent. L’usine est conservée, des bureaux  sont construits à proximité qui à long terme pourront se transformés transformer en logements. A propos de la végétation, les grands marronniers avenue de Bilda sont conservés. La hauteur des logements collectifs, intermédiaires et individuels doit montrer une gradation. Certains logements collectifs (comme ceux de Chambière Nord) ont un espace majeur donnant sur  le bras de la Moselle. Renforcer la barrière végétale entre les logements et l’usine. Les gradins mis en place le long des berges peuvent former un belvédère à la confluence de la Moselle et de la Seille. Les aménagements du bord de la Moselle sont à renforcer. Donner une intériorité aux îlots proches de l’usine afin de rendre les lieux agréables. Crée une ambiance plus intime, les bureaux devant les logements doivent être plus perméables. Pour la hauteur des constructions le partis pris est de créer une gradation qui va de la Moselle à l’intérieur du quartier. Des places de parking doivent être rajoutées en minimisant la voirie pour un maximum de places. Des cheminements piétons pourront prendre place à l’intérieur de ces parkings. Le zénith de Strasbourg avec le parking en Evergreen constitue une référence. Concernant les voies, un redimensionnement est nécessaire, il faut être attentif également aux articulations des espaces publics principaux.

Boulevard de Trèves Nord :

Enjeux :               -Mettre en relation le Boulevard de Trèves et le Boulevard Paixhans.

                               -La mise en valeur de la confluence Moselle/Seille.

                               -Densification du Quartier avec déplacements des équipements sportifs.

Idée d’un quartier avec différentes typologies comme le centre ville à proximité. L’espace entre le quartier et la Seille permet le recueil des eaux pluviales. Mettre en place des bassins à la manière du parc de Chambière la Seille. Attention à ne pas créer trop d’espaces publics à la confluence. Renforcer l’idée de ceinture avec la promenade des remparts. La liaison avec le Kinépolis est à améliorer. Les jardins familiaux quant à eux, peuvent être aménagés en gradins. Faire un Schéma évoquant les promenades (importantes dans ce sous secteur). Attention à la profondeur des bâtis, l’éclairage naturel allant jusqu'à 6m.

Boulevard de Trèves Sud :

Bâtiment repère avec une hauteur importante pour marquer la fin du boulevard de Trèves. Principes d’îlots ouverts le long des grands axes des espaces privés et des espaces publics. Une partie de l’hôpital militaire devient un équipement, le reste étant transformé en logements intermédiaires et collectifs. Les places très végétales devant certains bâtiments sont conservées, ils apportent une centralité. Il faut regarder l’accès à certains bâtiments en créant des voies publics ou privées. Être vigilant sur la lumière des bâtiments à l’intérieur des ilots en laissant plus de vide dans le cœur d’îlots. Le recul du bâti en face du grand dénivelé de Bellecroix est important. Faire des traversées au RDC dans les barres d’immeubles de Bellecroix. Montrer la résidentialisation des abords d’immeubles avec des croquis. Mettre en place un immeuble de bureaux (près de la porte des allemands) pour densifier et se sentir véritablement dans une ville.  Le café au bord de la Seille s’articulerait avec les promenades.

12/06/2009

Groupe 4 : Didot, Journoud, Scharff, Mougeolle (29.05.09)

Suite à la visite de la maquette, nous avons commencé notre visite par le parcours de Paris Rive Gauche. Au niveau de Massena nord, nous avons pu apprécier les squares très verdoyant en cœur d’îlot, ainsi qu’une réélle diversité de typologie de bâti mais aussi d’usages : école, bureaux, logements, commerces et même une chapelle.

Cependant en continuant sur notre parcours rive gauche , nous avons pu observer au niveau de l’université des bâtis dont l’architecture est très remarquable de par la diversité des façades plus ou moins de qualité.

Au niveau de Bercy, on a pu remarquer que le parc était très pratiqué pour le déjeuner et les loisirs.

Ensuite nous avons parcouru le faubourg St antoine en partant de la Place de la Bastille, carrefour urbain très impressionnant ( 2 passages piétons seulement ) , jusqu’à la place de la Nation. On a pu traverser des petites ruelles dont les rdc son en majorité dédiés aux menuisiers, aux ébénistes et aux commerces de meubles en bois.

Ensuite nous avons visité à l’Arsenal l’exposition sur la tour européenne, elle est instructive d’un point de vue historique. Le regard que l’on porte sur la tour européenne contemporaine se manifeste comme un bâtiment objet. Elle reste un monument exceptionnel à ne pas systématiser.

Le bassin de la Villette fut très agréable à visiter avec des quais aménagés pour les piétons mais aussi pour les vélos. Les bâtiments sont emblématiques, de hauteurs différentes et de typologies différentes.

L’aménagement du passage Goix, nous fait presque oublier que nous sommes à Paris. Logements collectifs et individuels cohabitent, une cour articule les différents bâtiments.

L’utilisation de la brique donne une ambiance de petites rues de quartier.

Le jardin d’Eole permet de se protéger de la voie ferrée très proche du quartier. L’eau y est présente, plusieurs installations de jeux, pour les enfants, les adolescents, il y règne une ambiance sympathique dans le parc. La mairie de quartier trouve sa place devant le parc.

Le quartier Mouzaia se situe dans un quartier de faubourg avec des habitations à la base ouvrières qui aujourd’hui sont des propriétés bourgeoises. Les villas, avec les passages en dénivellé sont très fleuris. Cela traduit un caractère atypique au quartier ce qui lui donne beaucoup de charme.

02/05/2009

Groupe 4 : Didot, Journoud, Mougeolle, Scharff (30/04/09)

·         Envisager deux voies de transports en communs (tramways) en direction de :                -Montigny

                            -Marly

·         L’espace intermodal peut se trouver Place Mazelle (jonction : Boulevard de Trèves/ Ring.

·         Etre plus schématique dans les cartes des sous secteurs.

·         Mettre en évidence les tracés et les espaces publics structurants, le maillage.

·         Vallée de la Moselle et vallée de la Seille s’infiltre au cœur de la ville.

·         Parler de liens, de connexions et de dialogue pour la végétation.

·         Phasage des sous secteurs ; par exemple, montré que le projet fonctionne avec l’UEM et qu’il fonctionnera également sans l’entreprise.

·         Mettre en avant les lieux d’échanges et les espaces stratégiques.

·         Concernant l’aménagement des sous secteurs rester global ; dessiner des aplats pour les  ilots par thème : habitat mixte, commerces, équipements…

·         Coupes de principes pour l’aménagement des berges de la Moselle, l’aménagement urbain au pied des immeubles.

·         Au niveau du végétal ; gérer des infiltrations dans le quartier.

·         Etre complexe dans la composition : mixité fonctionnelle et typologique.

·         Privilégier commerces de proximités aux supermarchés.

·         Références de grande esplanade paysagère : -Le Grand Rond à Toulouse

-Place de la République à Paris

·         Schéma de principe sur intentions au niveau de la voirie.

·         Privilégier les places (les carrefours) aux ronds points.

·         Réinsérer le kinépolis dans une logique urbaine.

·         Profiter de la confluence Seille/Moselle pour créer  un espace public (avec bâtiment à vocation culturelle…)

·         Liens transversaux (Boulevard de Trèves) traversant les bâtiments et permettant de rejoindre les promenades de Bellecroix et les différents belvédères sur le paysage.

·         Pour le projet évoquer des conditions : -Programme (mixte, commerces, bureaux…)

-Alignement sur rue     

-…

·         Planter des arbres le long du boulevard de Trèves.

28/04/2009

Groupe 4 : Didot, Journoud, Mougeolle, Scharff (24/04/09)

La philosophie est le résultat de nos analyses. Il s’agit de la traduction des atouts et défauts du secteur en intentions. A ce stade, un schéma d’intention est très pertinent pour donner un objectif de cheminement. Il permet de dimensionner le projet. Il s’agit de hiérarchiser la voirie  et mettre en évidence les points de centralité de notre secteur.

La ligne de chemin de fer crée une barrière dans le secteur. Nous avions pensé minimiser cette dernière en créant une ligne de tram train afin de réutiliser les anciens arrêts laissés actuellement à l’abandon. Cependant,  au vu de la fréquentation de la voie par les TER et TGV, il semble plus judicieux de créer un autre voie pour un TCSP. Nous voudrions ainsi créer un anneau autour de la ville historique reprenant le Ring, le Boulevard du Pontiffroy et une partie de l’A31 que l’on considère reconvertie en boulevard urbain. Sur celui-ci circulerait un tramway par exemple. La ligne de chemin de fer resterait une barrière dans le paysage. Il s’agit de rendre cette coupure positive, en favorisant l’identité de chaque quartier de part et d’autre de la voie ferrée.

Une grande partie du secteur de Chambière est inondable. Nous avons pris le parti d’y implanter un grand parc. Ainsi, nous souhaiterions créer une couronne verte autour de la ville intégrant ainsi ce parc, la promenade des fortifications de Bellecroix pour ensuite rejoindre le Parc de la Seille.

L’hydrographie est très présente dans ce secteur, c’est un potentiel paysager très remarquable que l’on désire exploiter au moyen de berges tout le long des abords à la manière de ce qui s’est fait dans le quartier Vastra Hamnen à Malmo.

A Chambière, nous conserverions la majorité des bâtiments des casernes militaires en y introduisant de la densité au moyen de nouvelles constructions comme à Tubingen. Les voies les plus importantes accueilleraient quant à elles des activités de proximité. Il faudrait également redonner un caractère plus important au Boulevard du Pontiffroy en le transformant en boulevard urbain. De plus, les abords des bâtiments du Pontiffroy doivent être résidentialisés.

13/04/2009

Compte Rendu 5: DIDOT, JOURNOUD, MOUGEOLLE, SCHARFF

Nous avons continué à travailler les cartes sur les thèmes aux différentes échelles. Elles semblent assez claires bien que certaines soient un peu trop schématiques, il faut hiérarchiser les informations.

Quelles cartes pour dire quoi ?  Il faut trois à quatre éléments critiques pour chaque carte.

Des éléments pertinents sont à mettre en avant, comme la cathédrale, la gare pour permettre de se situer sur la carte.

Des liens sont également à effectuer entre les cartes elles-mêmes.

Le travail avec des schémas est à continuer et à appronfondir.

A L’ECHELLE RÉGIONALE

Conurbation Metz/Thionville

Attractivité du Luxembourg résultat une continuité du bâti entre Metz et Thionville.

Rappeler le contexte de la gare TGV

 

A L’ECHELLE DE L’AGGLOMERATION

Effectuer un négatif/positif des zones de forte densité et de faible densité.

Où vont les gens ? Quelles sont les pôles de centralité ?  Qu’est-ce qui structure la ville ?

A L’ECHELLE DU SECTEUR

Présence de nœuds tout au long d’un axe, avec des caractères différents à préciser.

Retravailler les cartes à partir de ces nœuds urbains, la voirie, les transports en commun découlent de ces nœuds.

Hierarchiser les axes de communication.

Seille comme éléments de paysage mais aussi comme une fonction urbaine :

           Eau  Þ   équipementsÞ    aménagements

Projet : succession de coupures, Seille, voie ferrée, boulevard de Trèves, relief. Quel(s) lien(s)  peut-il y avoir ? Passerelle, parc, … ?

03/04/2009

Compte Rendu 4: Didot, Journoud, Mougeolle, Scharff

Le quartier de Scharnhauser Park  se situe à Ostfildern et est relié à la ville de Stuttgart par le tram-train. Celui-ci se trouve à la périphérie de la ville. Il entretient donc un lien bien particulier entre ville et campagne. Le quartier définit avec subtilité cette limite. Un espace public de jardins et de promenades se tisse entre les ilots du quartier et les terres agricoles. De plus, cette limite est traitée par une allée plantée d’arbres laissant de nombreuses perspectives possibles depuis le quartier sur la campagne.

Ensuite, nous avons pu remarquer la qualité donnée au traitement des eaux pluviales au sein de ce quartier. Il se dessine de réels cheminements permettant de facilement identifier le parcours de l’eau. Cette dernière prend même un caractère ludique qui attire et amuse les enfants.

Cependant, le grand axe vert qui traverse le quartier du Nord au Sud semble peu appropriable. Cet espace semble démesuré. Cet escalier de verdure crée une certaine rupture entre logements collectifs et commerces. Ceux ci se trouvent ainsi regroupés entre l’axe de verdure et la voie du tram-train. A l’Est de la voie ferrée se situent les maisons individuelles. Ainsi, ce quartier est réellement sectorisé et organisé fonctionnellement.

Enfin, ce projet urbain se situant au niveau d’une ancienne base américaine a conservé très peu de bâtiments militaires. Une grande partie de ce patrimoine militaire a été détruite.

Ce n’est pas le cas du quartier de Tübingen. Ce quartier s’est fondé au niveau de casernes militaires se trouvant au sein même de la ville de Tübingen. Cela donne un certain charme au quartier. L’enjeu est de freiner l’étalement urbain par la densification et la mixité urbaine. Il s’agit ainsi de réhabiliter les enclaves militaires en appartement privés et en une université populaire. Il s’agit également dans l’avenir de transformer la voirie en rue très urbaine. Le projet prévoit le déplacement de la route nationale longeant le quartier, ce qui permettra de créer une nouvelle continuité urbaine avec les nouveaux quartiers voisins.

La différence avec le quartier précédent est frappante. La forte densité de ce quartier permet de créer des espaces très conviviaux et très facilement appropriables.

Une structure urbaine a tout d’abord été créée. Elle rend ainsi les terrains accessibles et permet la constitution des ilots. Ensuite, ces derniers ont été découpés en parcelles de taille volontairement flexibles et variées. Les voitures sont stationnées à des emplacements bien précis rejetés en dehors des ilots résidentiels. Ce dispositif favorise la marche et les rencontres. La plupart des rues ne sont pas accessibles aux voitures. Le quartier se décompose en courtes distances.

Les nouveaux bâtiments construits ont volontairement des hauteurs et des façades bien diversifiées. Ces dispositifs apportent une très grande qualité au quartier. Un système d’autopromotion (coopératives) a permis cette diversification du bâti. En effet, chaque établissement d’un même ilot est conçu par une personne différente (ou un ensemble de personnes différentes). Cette diversification est présente aussi bien au contact de la rue que dans les cœurs d’ilots. Les limites créées entre espaces privés et espaces partagés sont d’une grande subtilité. De plus, cette autopromotion permet une démarche participative des habitants.  L’entretien des cœurs d’ilots est tenu par les habitants ce qui génère une certaine responsabilisation et respect des lieux.

17/03/2009

Groupe 4 : Didot, Journoud, Mougeolle, Scharff (13/03/09)

Nous avons choisi le secteur du Boulevard de Trèves, de Bellecroix et de Chambière. Tout d’abord il nous a semblé intéressant d’étudier la proximité de ce secteur avec le centre ville historique. Il possède un patrimoine militaire très marqué de par ses casernes et ses fortifications. Les cours d’eaux et le relief offre un potentiel paysager très intéressant. Cependant, cet espace reste à qualifier, de nombreuses barrières (les infrastructures ferroviaires, fluviales et viaires) empêchent une liaison avec le centre ville. Le boulevard de Trèves  se trouve d’une part, en contrebas de la colline de Bellecroix où se situent les fortifications et d’autre part le long du talus supportant la voie ferrée. Le site de Chambière quant à lui se situe sur une île formée par la Moselle et la Seille. Ainsi, l’eau est omniprésente à différentes échelles et selon diverses directions. L’eau organise l’espace selon plusieurs fonctions ; plus industrielles au niveau du secteur de Chambière, la Seille crée une promenade qui passe par  la porte des Allemands. Ce sont alors différents rapports à l’eau qui sont exprimés.

L’enjeu du boulevard de Trèves est d’être mis en relation au centre ville historique. Celui-ci représente un axe fort ainsi qu’un flux facile du Nord au Sud. Cependant les liaisons entre le centre ville et le boulevard sont difficiles. L’entrée de ville au niveau du secteur de Chambière apparaît comme un autre enjeu, en effet elle n’est pas mis en valeur, le déclassement de l’A 31 constituerait un nouveau statut au secteur.

Pour la semaine prochaine :

Identifier :

·         Les flux de personnes, les différents types de flux

·         Les différentes zones : résidentielles, industrielles …

·         Les documents correspondant au secteur

 

Rechercher :

·         Les références de casernes reconverties

·         Délimiter le secteur en pensant aux éventuels sous secteurs

·         Faire les recherches historiques

·         Inventaire succinct des atouts et défauts de l’existant présent dans le secteur.