« GROUPE 3 : PERRIN, PETIAU, PLAUCHE GILLON, THOMAS, YIN | Accueil | Compte rendu de la correction du 29/05/09 »

04/06/2009

GROUPE 16 : COURTOT, SOURISSEAU, TISSERANT, VUONG

Compte-rendu du WORKSHOP:

Ou comment tenter de créer un espace cohérent dans un temps très limité à partir d’une situation précise et physique, avec des règles déterminées. L’expérience du workshop à été instructive, et de plusieurs façons.

Tout d’abord, une approche pratique du travail de l’urbaniste, en ce sens qu’il conçoit des règles qui devront être au mieux pour les usagers, et applicables par les architectes. La mise en situation sur un ilot commun de chacune des parcelles montre le soucis final d’une échelle de voisinage, d’une cohérence générale.

Ces contraintes unies fabriquent contre toute attente une diversité, ce qui permet une appréhension variée du bâti et de ses fonctions. Le tout restant extrêmement contrôlé, de façon à favoriser la cohérence.

La diversité vient donc de la capacité des architectes à proposer des réponses différentes à des problèmes identiques, et d’appliquer un cas par cas à chaque parcelle.

Mixité, mélange, confrontations, rencontres, croisement de populations diverses et mises en relation. Une telle mixité à une foule de conséquences au niveau de la population usant de ces ilots.

Le résultat à été assez impressionnant : une fois la confrontation des travaux de tout le monde, une constatation (« ça marche ») à été un peu surprenante. Le temps étant limité, nous nous sommes concentrés sur l’essentiel, ce qui a eu pour effet, finalement, d’enrichir chaque projet.

L’expérience du workshop est également intéressante en ce sens qu’elle permet de se concentrer sur un projet indépendamment de tout contexte, et ne laisse pas le temps de « triturer » le projet, donc pose certaines questions importantes sans laisser le loisir de se lasser ou d’aller trop dans des détails qui ne sont pas l’objet de la recherche.

Les conclusions tirées font l’office d’enseignement plus efficacement qu’une projection de diapositives.

Ici, on s’aperçoit de l’importance des proportions, de la richesse dans la diversité, du nombre incalculables de réponses différentes à un même énoncé, de la répartition du travail de l’urbaniste (coordinateur) et de l’architecte (qui interprète les règles pour créer des espaces. )

 

Par rapport à l’énoncé proposé et aux règles urbanistiques imposées, les limites de hauteur quelque peu homogènes semblent aboutir à des programmes « lissés ». L’exemple de quelques interprétations différentes (et fausses) du règlement d’urbanisme ont abouti finalement à des exceptions intéressantes. L’idée d’un règlement qui autoriserait ces exceptions au cas par cas pourrait peut être être enrichissant. .

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451e51669e201156fc98c50970c

Listed below are links to weblogs that reference GROUPE 16 : COURTOT, SOURISSEAU, TISSERANT, VUONG:

Commentaires

Flux You can follow this conversation by subscribing to the comment feed for this post.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.