« Compte Rendu de la visite des quartiers de Stuttgart et Tübingen | Accueil | GROUPE 20: Ancel P - Knobloch S. - Kretzer C. - Schwarb E. »

01/04/2009

GROUPE 20 : Ancel P. Kretzer C. Knobloch S. Schwarb E.

Compte-rendu de visite: Stuttgart et Tübingen

Scharnhauser Park – Ostfildern

Le quartier de Scharnhauser Park se démarque tout de suite par sa diversité d’ensembles bâtis, de types de logements. Ils vont des grands équipements, aux logements collectifs (tours et petites barres), aux maisons individuelles… Ce quartier, situé sur un ancien terrain militaire, a profité de l’occasion pour réemployer quelques anciennes casernes et les transformer en logements collectifs. Mais cette idée n’a pas été poussée très loin puisqu’une centaine d’autres bâtiments de type militaire ont subi la déconstruction.

Scharnhauser Park a été conçu selon le plan directeur de Janson + Wolfrum mais il a su s’adapter jour après jour aux besoins des habitants. L’idée forte de cette opération était de créer une zone urbaine de forte densité. Les chiffres actuels montrent un COS de 1,25. Mais cette densité n’est pas flagrante a priori : elle pourrait être plus importante.

Scharnhauser Park possède un ensemble de voies fortement hiérarchisées, réservant par moment de grands espaces piétonniers. Un exemple : le mail planté, axé Nord-Sud. Il donne certes une grande perspective sur le paysage lointain et sur la campagne, mais, lors de notre traversée, nous l’avons ressenti comme froid, vide, répétitif et « sans vie ». Il ne donne guère envie de s’y asseoir et de s’y rencontrer. Est-il vraiment à l’échelle humaine ?

De plus, les habitats qui le bordent inspirent une monotonie architecturale, malgré leurs couleurs vives. Cela tient peut-être au fait que « chacun des ilôts […] est souvent conçu par le même promoteur ».

Ce quartier bénéficie par contre d’un maillage complet de transports en commun, très efficaces (bus, tramway). C’est un bon point pour éviter l’enclavement d’un tel quartier, en périphérie d’une grande ville comme Stuttgart.

Une intention particulière est portée au recueil des eaux pluviales dans tout le quartier : réseau de rigoles, de gouttières, espaces verts décaissés, jeux d’eau…

 

 

SDC10569

 

Tübingen

Enjeux : L’enjeu était de freiner l’étalement urbain par la densification, la mixité urbaine, mêlant logements, emplois et loisirs ; ainsi que par la réduction du recours à l’automobile, au profit de transports collectifs efficaces et de déplacements doux facilités. D’autre part, le parti d’aménagement prôné est fondé par une démarche participative des habitants.

Objectifs : Les objectifs soulevés au départ du projet (1993) étaient de mettre en place :

-         une structure urbaine, de diversifier le réseau urbain en alternant les types et tailles de parcelles. Varier les espaces publics.

-         Une mixité à la fois des fonctions, des usages, au sein de la ville, du quartier et de l’immeuble. (mixité verticale)

-         Une diversité des formes de logements, des types de bâtis et des groupes sociaux.

En ce qui concerne la réalisation du quartier, on observe un mélange d’activités, de logements, de cultures et de structures sociales à l’échelle du quartier mais aussi à l’échelle de l’immeuble. En effet, on trouve des immeubles mixtes avec, au rez-de-chaussée des commerces, et des logements à l’étage. Contre ceux-ci peuvent aussi bien s’accoler des immeubles de logements collectifs, que des maisons individuelles ou des équipements.

Aussi, le patrimoine existant a bien été intégré : les casernes militaires existantes ont été rénovées et requalifiées. Les bâtisses « en dur » ont été reconverties pour la plupart en logements, en services ou en équipement et les hangars ont été réappropriés par les industries et les artisans.

Que cela soit au niveau des bâtiments neufs ou anciens, l’opération a été réalisée dans un souci de densité qualifiée et de qualité de population, d’activités et de logements.

Quant à la structure et au réseau urbain, le quartier est pensé selon une réorganisation par îlot. D’ailleurs, plusieurs éléments en témoignent :

-         Parcellisation des îlots et flexibilité de types et de tailles de parcelles.

-         Ouverture des îlots au public.

-         Espace public très présent et important :

o       Forte présence de la végétation (mise en scène, ambiances variées)

o       Espaces offerts aux piétons au détriment de la voiture.

-         Automobiles acceptées mais reléguées à l’extérieur des îlots résidentiels dans des silos. Son usage en cœur d’îlot reste provisoire (livraisons, déchargements de courses…)

Ce quartier est donc durable, autant au niveau environnemental qu’au niveau humain.

Ces usages et lieux du quartier sont très respectés par les résidents du fait de la mise en place d’un système d’autopromotion à la construction. Ce principe est d’une part bénéfique dans le sens où les habitants construisent les lieux « à leur image », selon leurs attentes. Cependant, cela ne favorise pas la mixité et flux sociaux (les propriétaires restent longtemps chez eux et ne favorisent pas forcément la location.)

SDC10605


 

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451e51669e201156fb27b1b970b

Listed below are links to weblogs that reference GROUPE 20 : Ancel P. Kretzer C. Knobloch S. Schwarb E.:

Commentaires

Flux You can follow this conversation by subscribing to the comment feed for this post.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.