« Première note | Accueil | Groupe 15 : HUTTOIS, MARGON, SENARAT, THIERY »

10/03/2009

Groupe numéro 1 : Baldi, Cherief, Colnat, Creusot, Deng

Vendredi 6 mars 2009, visite de Metz,

Cette première approche du projet urbain autour de l'agglomération de Metz nous a permis d'approcher les questions de déplacement, de mixité, de renouvellement urbain, de densité dans un site marqué par la présence de l'eau et par le grand paysage au delà. Au travers des différents quartiers visités, la notion de temporalité nous a semblé particulièrement présente, par l'Histoire (que ce soit celle de ville ou à plus grande échelle celle de la grande région Est), et par les différentes couches d’informations, visibles ou induites qui se découvrent par une lecture précise d'un lieu. On peut ici aborder le quartier de l'A31 où les différents réseaux, au cours des cinquante dernières années, ont imposés un mode de fonctionnement particulier (le paysage des infrastructures), le secteur du technopôle qui affirme une vision urbaine sur une certaine qualité paysagère, ou encore le secteur "des étangs", marque des anciennes graviaires. D'autre part, de manière globale, il est intéressant de signaler une certaine homogénéité dans des lieux qui peuvent apparaître comme hétérogène, notamment vis à vis d'une politique de sectorisation venant se greffer sur une situation de faubourg existante. La question sous-jacente est celle de l'identité d'un quartier, c'est-à-dire, comment, au sein d'une agglomération, redonner un caractère propre à un quartier (et finalement le rendre visible, lisible et attirant) ? C'est par exemple un site comme le port de plaisance, ou bien encore un équipement particulier (construit ou non) permettant de recréer une centralité propre à un secteur historique, géographique, culturel.


Par son passé militaire, la ville de Metz impose une typologie particulière, marquée par une certaine rigueur qui crée des situations insulaires dans la ville (à Montigny, une ville dans la ville par sa superficie). Subsistent alors un patrimoine architectural et urbain intéressant sur lequel la ville de demain doit s'appuyer. Le secteur de Bellecroix, se poursuivant vers le parc de la Seille, apparait comme une opportunité de "poumon vert", respiration à l'échelle de la ville, dans lequel le patrimoine de Vauban s'exprime.
Malgré tout, de cette première approche, nous avons pu remarquer de réelles difficultés aujourd'hui à réconcilier, à rattacher, à relier les différents secteurs entre eux, soit par des coupures naturelles (la Moselle et la Seille) ou construites (autoroutes, voies ferrées, boulevards comme des goulets à voitures), et ainsi à gérer les espaces d'entre-deux qui se multiplient par l'étalement urbain (nœud autoroutier infernal).
Un petit point particulier pour signaler les jardins familiaux qui restent très présents et qui définissent un paysage rural très appréciable et agréable à l'œil.

Un certain nombre de remarques sont applicables de manière générale à tous les sites (et in extenso à toutes les villes) mais caractérise davantage le premier site. Celui-ci constitue le confluent de diverses tissus, anachronique et sans cohérence. La zone est un déséquilibre flagrant entre ce qui devrait être révélé et ce qui l'est. Ainsi l'absurdité du lieu rend totalement illisible les qualités potentielles de la ville.
L'autoroute et le réseau automobile ont une importance véritablement illogique de part les talutages et les espaces urbains résiduels qu'ils occasionnent masquent les identités latentes des lieux : ainsi le port de plaisance serait un formidable moyen de créer un lien entre les deux rives ; ce que le réseau automobile interdit. Il est ainsi évident qu'il peut s'agir là d'un point de départ d'une promenade qui mènerait à découvrir les végétations aujourd'hui enclavées, alors qu'elles constituent précisément l'identité de Metz.
De chaque côté les logements ne peuvent s'approprier ces lieux car ne sont pas pensés comme tels.
Le caractère systémique de l'aménagement actuel facilite son démontage : en y opposant un système inverse. Démonter ou réinvestir les voies de circulations est un moyen faire émerger l'identité.

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451e51669e2011168d0c52a970c

Listed below are links to weblogs that reference Groupe numéro 1 : Baldi, Cherief, Colnat, Creusot, Deng: