« Groupe 4 : Didot, Journoud, Mougeolle, Scharff (secteur de Chambière, Boulevard de Trèves et Bellecroix) | Accueil | GROUPE 20 - ANCEL P., KNOBLOCH S, KRETZER C., SCHWARB E. »

12/03/2009

Groupe N°5: Blareau Marie, Colinet Milène, Hiller Géraldine, Perdereau Simon

Compte rendu visite de Metz / Groupe 5

 

 

> Quartier Montigny lès Metz

Montigny est un ancien village qui se trouve dans le prolongement de Metz et est relié à la ville par deux grosses artères. Il est principalement constitué de friches militaires (casernes, terrains d’entraînement),  et SNCF (ateliers et énormément de voies qui coupent le quartier et entraînent un franchissement difficile). On y trouve peu de logements et d’activités.

> Gérer le patrimoine : de nombreuses réhabilitations possibles des casernes et des ateliers, potentiel paysager autour des casernes à réaffirmer

                > Densifier : création de logements (notamment avec les réhabilitations)

> Dynamiser : insertion de nouvelles activités et services dans les friches (ex : musées, salles polyvalentes etc.…) pour donner un intérêt à ce quartier et pousser les gens à s’y rendre.

 

 

> Quartier Technopôle

Ce quartier se situe dans un secteur excentré de la ville et pour le moment mal relié (accessible surtout en voiture). Il n’a pas une typologie de « ville » (îlots, mixité, densité) car il est constitué de bâtiments universitaires, de locaux et bureaux et de très peu de logements ainsi que de grands espaces vides à urbaniser. On y trouve également la prison ainsi que le futur hôpital encore en construction. Une  extension du technopôle est prévue et va consommer beaucoup de terres agricoles.

> Pas de contraintes du fait de l’absence de patrimoine et de constructions.

> Amener de la mixité : pour le moment il y a peu/pas de logements.

> Densifier : créer des logements, notamment pour y accueillir le personnel du futur hôpital et de la prison.

> Donner une place au piéton.

 

 

> Quartier Boulevard de Trèves/ Chambière

C’est un quartier proche du centre historique, de la Moselle et de la colline de Bellecroix. Il possède une grande variété d’éléments différents : des anciens bâtiments militaires, des usines, des terrains (militaires) inondables, quelques jardins maraîchers et quelques fortifications. Il y a une très forte présence de l’eau entre la Moselle qui encadre la zone et la Seille qui la traverse. Le boulevard de Trèves quant à lui relie l’A4 à l’A31 et contourne le centre historique, c’est un axe très fréquenté mais qui n’est pas adapté à une pratique urbaine (pas de place pour les piétons, les vélos, pas d’aménagements, circulation rapide) alors qu’il est bordé d’éléments intéressants (ex : les casernes à réhabiliter). De plus, il crée une coupure avec  le quartier Bellecroix.

> Mise en valeur du patrimoine : casernes à réhabiliter, fortifications.

> Restructuration de l’artère : réaménagement en boulevard urbain (trottoirs, pistes cyclables…)

> Traitement des jardins ouvriers, de l’usine et autres éléments présents qui ne posent pas de problèmes particuliers.

> Amener de la mixité : création d’activité et de logement grâce aux friches et aux terrains libérés par le départ de certaines activités militaires.

> Rapport à l’eau à traiter : les zones inondables et les bords des cours d’eau.

> Créer une transition entre le centre historique et les quartiers alentours.

 

 

> Quartier Devant les ponts

Coupé par l’autoroute et la Moselle dont le franchissement est très difficile, ce quartier s’est développé au Nord de la ville sur l’axe menant à Thionville. C’est un secteur mixte avec des confrontations difficiles : les différents « domaines » (logements, commerces, activités, bureaux) sont juxtaposés sans transition ni lien, et traités avec des typologies radicalement différentes. En effet, on y trouve beaucoup de bâtiments « boîte » (garages, magasins) sans intérêt architectural ni urbain ainsi que beaucoup de logements sociaux. La proximité de la Moselle offre des espaces verts, et on trouve également quelques secteurs maraîchers, voire agricoles.

> Réhabiliter/ améliorer des immeubles de logements sociaux (notamment les espaces au sol) ;

> Restructurer le quartier pour le rendre moins hétérogène et avec moins de ruptures, pour qu’il soit plus urbain (relation entre les bâtiments, rues, îlots, promenades).

> Donner une place au piéton.

> Requalifier l’autoroute pour en faciliter le franchissement : question du détournement de l’autoroute et de sa transformation en boulevard.

 

 

Metz apparaît comme une ville hétérogène et morcelée, les activités sont « ponctuelles », la densité mal répartie, la ville semble victime de la voiture : d’importants axes de communication rapides créent des ruptures, les grosses artères de la ville sont mal traitées et laissent peu de place au piétons et vélos. De plus, les transports en commun semblent peu développés. C’est une ville étalée aux connexions difficiles dont le centre est épargné par ce manque d’homogénéité : il est dense, mixte avec des espaces publics de qualité.

Les quartiers présentés souffrent de ce problème de liaison et sont donc un peu sectorisés (par exemple dominé par le logement pour l’un ou par les activités pour un autre).

 

 

Nous avons décidé de traiter le quartier Chambière/Boulevard de Trêves pour la variété des zones qu’il propose et donc la diversité des réponses possibles ainsi que pour l’intérêt qu’offre le traitement du boulevard.

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451e51669e20112796388e128a4

Listed below are links to weblogs that reference Groupe N°5: Blareau Marie, Colinet Milène, Hiller Géraldine, Perdereau Simon:

Commentaires

Flux You can follow this conversation by subscribing to the comment feed for this post.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.